La vie et le territoire – Suivi de prod. #1

Dans son précédent billet, Florent Favard s’interrogeait sur les multiples manières d’allier patrimoine et transmédia storytelling. Si l’état de l’art proposé dans cette première phase du projet apporte quelques éléments de réponse, quelle meilleure méthode finalement pour compléter l’analyse que d’expérimenter directement la construction d’une stratégie transmédia tentant de valoriser le patrimoine aquitain ? En s’associant à la société I can Fly, l’équipe MediaNum va donc s’atteler durant toute l’année 2017 à la production d’un tel dispositif de valorisation patrimoniale, mêlant intimement outils numériques (site internet, réseaux sociaux, application de visite, etc.) et pratiques de médiation culturelle plus « classiques » (visites, événements collaboratifs, etc.). Un premier brainstorming sur la vie d’Aliénor d’Aquitaine, figure centrale de notre stratégie transmédia, nous a permis de dégager quelques éléments éditoriaux, narratifs et médiatiques structurants tout en posant quelques bases méthodologiques…

La présentation ci-dessous synthétise, à la manière d’une sketchnote, l’état de nos réflexions en ce début d’année 2017.

Quels publics visés avec ce dispositif ?

Grâce aux réflexions d’Agnès Pécolo et de Myriam Bahuaud, le public cible a pu d’une part être défini comme celui des adolescents et pré-adolescents1, un public des plus difficiles à toucher car en phase d’autonomisation par rapport aux activités scolaires et familiales. L’évocation de la vie d’Aliénor d’Aquitaine par Philippe Araguas nous a d’autre part permis de déterminer le fil conducteur de la stratégie : la personnalité de ce personnage à la historique, mythique et féminin autorise en effet à dépasser « la légende noire »2 pour aborder plus largement la condition féminine.

Tout comme la notion de patrimoine, qui s’est progressivement mais sûrement ouverte aux objets et vestiges plus modestes, évoquer tout à la fois la vie des femmes au Moyen Âge comme celle, plus proche des adolescents d’aujourd’hui, des jeunes femmes contemporaines, permet d’élaborer un discours de médiation « par le bas », c’est-à-dire par son quotidien plus que des actes désincarnés, en s’appuyant principalement sur les références identitaires, culturelles et sociales des publics que nous souhaitons viser. Partir de ce qui fait sens aujourd’hui pour ces derniers, déconstruire la figure élitiste de la reine médiévale pour reconstruire celle de la personne d’Aliénor d’Aquitaine, autant de conditions nécessaires à une appropriation efficace, sensible et affective, des contenus, synonyme d’enrichissement des connaissances historiques de ces publics qui cheminent progressivement, via un discours de vulgarisation inversé, vers une certaine forme de complexité temporelle et spatiale.

Comment lier espace temporel et espace géographique au sein d’une stratégie transmédiatique ?

Afin de structurer la production, la métaphore graphique de l’arbre est développée par l’équipe, le tronc représentant le tuteur organisant la stratégie transmédiatique et distribuant les liens entre les contenus présentés, les lieux valorisés et les supports médiatiques exploités. Un certain nombre d’événements biographiques seront disposés le long du tronc de l’arbre, symbole de la vie d’Aliénor d’Aquitaine, et des branches s’ouvriront afin de développer diverses thématiques en lien avec la condition féminine au Moyen Âge, les représentations médiévales de la femme ou encore le quotidien des individus à cette époque. Une division en deux ou trois brindilles de certaines branches permettra en outre de déployer des sous thématiques, chaque brindille devenant en définitive le support d’un développement médiatique ou événementiel spécifique, informationnel et ludique.

Mais la notion de patrimoine est une construction intellectuelle hybride, mêlant temporalité comme spatialité… Considérant l’espace particulièrement vaste traversé par Aliénor lors de ses nombreuses chevauchées, à l’échelle de la région Nouvelle-Aquitaine3, il a enfin été convenu qu’une carte du territoire serait spécifiquement produite pour servir de média fédérateur à l’ensemble la narration. Celle-ci permettra d’unifier la stratégie et d’explorer, par exemple, les lieux de vie d’Aliénor à partir d’animations en réalité augmentée activées grâce à l’application développée par l’équipe d’I can Fly.

Comment la stratégie transmédiatique impacte le concept de patrimoine aquitain ?

Conformément aux principes du processus de patrimonialisation, qui suppose sélection et réorientation du regard sur le passé, ces premiers échanges nous ont donc amené à modifier sensiblement le contenu éditorial de la stratégie transmédia pour lier de façon plus manifeste notre société contemporaine à celle, plus lointaine, du Moyen Âge. Comme toute politique de valorisation patrimoniale, il semble que le dispositif développé permettra à terme d’assigner une nouvelle valeur symbolique à cette reine au destin littéralement extra-ordinaire, celle d’une femme de pouvoir certes, mais aussi celle d’une enfant, une adolescente, une mère et une grand-mère universelle… Les analyses de réception du dispositif, prévues en 2018, devront dans tous les cas prendre en compte cette hypothèse de travail dans leurs grilles de lecture.

Si nous ne sommes qu’au début de ce très stimulant programme de recherche-action et que de nombreuses questions restent en suspens, gageons que l’arbre -la vie- et la carte -le chemin- constitueront nos guides biographique, territorial et méthodologique. Affaire à suivre donc…

  1. La tranche d’âges des 12-16 ans a ainsi été validée. []
  2. Face au mythe qui entoure Aliénor d’Aquitaine, il est parfois bien difficile de démêler le vrai du faux… On pourra à cet égard consulter la série en bande dessinées, Les Reines de sang – Aliénor dont le tome 1 s’intitule justement la Légende noire, publiée chez Delcourt par Simona MOGAVINO, Arnaud DELALANDE et Carlos GOMEZ Carlos. []
  3. La définition du concept de « patrimoine aquitain » est d’ailleurs au centre du programme de recherche ; cette expression a-t-elle un sens et si oui, comment celui-ci se manifeste-t-il dans les pratiques de valorisation, dans les discours et les représentations créées ? []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10/02/2017

    […] à nos lecteurs la consultation d’un compte-rendu de réunion aride, et comme dans le dernier Suivi de prod., la présentation ci-dessous résume l’état de notre réflexion à la manière d’une […]

  2. 31/03/2017

    […] différentes représentations d’Aliénor d’Aquitaine repérées par l’équipe MédiaNum en phase de suivi de production, MediaNum, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *