La médiation culturelle à destination du jeune public : une enquête par revisite au musée de la BD d’Angoulême

Ce billet a été co-écrit avec Cristina Baldulescu, enseignante-chercheuse à l’Université de Poitiers, et fait suite à une étude réalisée avec les étudiants de la licence Communication et Management des Evènements de l’IUT d’Angoulême dans le cadre d’un projet pédagogique lié à l’enseignement d’étude des publics au musée. Complétant le billet d’Agnès Pecolo sur notre « Insaisissable public », ce texte propose un cadre de pensée sur les attentes des publics jeunes en terme d’activités de médiation culturelle qui peut servir de base de réflexion pour le projet MediaNum et nos recherches sur l’engagement de ces derniers dans une stratégie de valorisation basée sur le transmédia storytelling. Un des volets de la stratégie prendra d’ailleurs pour cadre la médiation muséale puisqu’un partenariat est actuellement à l’étude avec le Musée d’Aquitaine de Bordeaux pour l’année 2017-2018. 

 

Contrairement à une idée-reçue, les jeunes – enfants et adolescents – sont parmi les visiteurs qui fréquentent le plus les musées. Selon la dernière enquête du Département des Études de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication sur les pratiques culturelles des français, 37% des 15-19 ans déclarent être allés au moins une fois au musée au cours des douze derniers mois, ce qui est plus que toutes les autres catégories d’âges (DEPS 2008)1. Si ce pourcentage paraît relativement élevé, cela signifie-t-il pour autant que les jeunes s’intéressent davantage aux musées que leurs aînés ? Il y a tout lieu d’en douter, vu la désaffection croissante des nouvelles générations pour les institutions culturelles (Octobre 2009)2. En réalité, s’ils sont aussi nombreux à se rendre au musée, c’est surtout parce que des adultes les y accompagnent. Comme le montre une autre enquête du DEPS (en partenariat avec l’Éducation Nationale) portant plus précisément sur les pratiques culturelles des jeunes, la majorité de ceux qui déclarent être allés au moins une fois au musée durant l’année étaient en effet accompagnés, soit par leurs parents, soit par un enseignant dans le cadre d’une visite scolaire (DEPS 2010)3. On estime d’ailleurs que 14,6% de l’ensemble des visiteurs de musée ont effectuées leur visite dans un cadre scolaire, ce qui représente environ six millions d’écoliers, collégiens et lycéens par an (Bétard 2011)4.

Sans remettre en cause l’intérêt pédagogique de ces « sorties culturelles », on peut néanmoins s’interroger sur la façon dont elles sont perçues par les jeunes eux-mêmes. Le fait d’être conduit au musée par un parent ou un enseignant est-il une incitation ou un frein pour intéresser un adolescent ? Concernant les visites scolaires, Sylvie Octobre observe par exemple un mouvement paradoxal qui s’applique plus largement à l’ensemble des institutions culturelles qui associent l’école pour s’adresser à la jeunesse : « La pédagogisation des activités culturelles sert certes leur démocratisation obligée puisque les élèves sont des publics captifs, mais rarement la construction durable d’un goût pour l’activité » (Octobre 2009). Preuve qu’il ne suffit pas d’accompagner un jeune à une exposition pour lui transmettre le goût des musées, encore faut-il que le contenu du musée lui soit accessible et que la manière dont il est présenté puisse l’intéresser. La question se pose alors des dispositifs de médiation muséale à destination du jeune public. Quels sont les stratégies et les dispositifs de médiation utilisés par les musées pour susciter l’intérêt des jeunes visiteurs ? Comment s’adresser aux jeunes dans le cadre d’une visite familiale ou scolaire, tout en aidant les adultes-accompagnateurs à jouer leur rôle de médiateurs ? Comment les jeunes s’approprient-ils les outils que les musées mettent à leur disposition et que peut-on faire pour les améliorer ?

Telles sont les questions qui guident les recherches que nous menons actuellement dans le cadre du Programme Numeric (e-culture/e-creation) à l’Université de Poitiers. Visant à encourager l’innovation auprès des acteurs de la culture et des arts sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, ce programme pluridisciplinaire a notamment pour vocation d’aider les musées de la région à entrer pleinement dans l’ère numérique afin de renouveler leurs dispositifs de médiation et ainsi conquérir de nouveaux publics.  En termes scientifiques, le projet se donne pour objectif d’analyser les nouvelles formes de médiation s’adressant plus particulièrement au jeune public. L’émergence des médias numériques dans le champ muséal opère en effet un changement de paradigme qui nous oblige à envisager une forme de « muséologie participative » (Chaumier 2007)5 dont le jeune visiteur serait un acteur central. La spécificité du public étudié interroge en outre les formes de médiation associant d’autres acteurs à la visite du musée, en particulier les parents et les enseignants. L’analyse de cette « médiation conjointe » (De La Ville & Badulescu 2017)6 permettrait finalement de mettre au jour de nouveaux dispositifs plus interactifs facilitant l’accès des jeunes au musée.

L’exposition des planches du Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême. Crédits : Musée de la BD d’Angoulême, 2016.

Une recherche empirique au Musée de la BD d’Angoulême

Sur le principe de l’étude de cas (De La Ville 2003)7, nous avons choisi de mener nos recherches à partir de l’observation d’un cas singulier et problématique : le Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême. Avec ses 12000 planches et dessins originaux, ses fonds imprimés, ses contenus audiovisuels et ses nombreux objets dérivés, ce musée apparaît en effet comme un cas d’école. Consacré à un art populaire ancré dans une culture juvénile, il devrait a priori plaire aux jeunes visiteurs. Pourtant, selon une enquête de public réalisée en 2011, ces derniers se plaignent souvent de l’austérité des lieux et du manque d’espaces leur étant dédiés (Sordi 2011)8. La direction du musée le reconnaît volontiers, ce dernier n’a pas été conçu pour les enfants (selon des propos recueillis lors d’une réunion organisée le 21 mars 2017). Avec son architecture épurée et sa scénographie ambitieuse couvrant toute l’histoire du « neuvième art » de ses origines à nos jours, force est de reconnaître qu’il s’adresse davantage à des adultes initiés qu’à de jeunes novices.

Reste que le musée de la BD d’Angoulême est aussi fréquenté par un public jeune, dont environ 5000 scolaires par an9. Malgré les contraintes architecturales et scénographiques qui pèsent sur la médiation muséale, comment faire en sorte que ces jeunes ressortent satisfaits de leur visite ? Telle est la problématique à laquelle le musée est confronté. Sollicitée pour l’aider à mieux satisfaire son jeune public, notre équipe de recherche a d’abord observé ce qui a été fait jusqu’à présent pour susciter l’intérêt des jeunes visiteurs, que ce soit dans le cadre d’une visite scolaire ou familiale. Puis, nous avons observé sur le terrain la façon dont se déroulent les visites, avant d’interroger directement les jeunes pour connaître leur perception du musée et voir avec eux ce qui peut être amélioré. Avant de préciser le sens de notre démarche et de présenter les premiers résultats de notre enquête au musée de la BD, commençons par définir le cadre épistémologique de nos recherches.

L’expographie comme préfiguration de la visite familiale et scolaire

Diapositif expographique

Nous construisons notre ancrage épistémique autour de la notion de dispositif expographique comme dispositif producteur d’effets de sens dans l’interaction avec le public. André Desvallées (1996) définit le terme d’expographie comme « la mise en exposition et que ce qui ne concerne que la mise en espace, ainsi que ce qui tourne autour dans l’exposition (…) que ces dernières se situent dans un musée ou dans un lieu non muséal »10. L’expographie vise la recherche d’un langage et d’un discours fidèle pour traduire le programme scientifique et une scénographie cohérente de l’exposition. Le propre du dispositif expographique est de participer à la construction d’un espace hybride et de remplir « la fonction de médiation culturelle, c’est-à-dire d’énonciation d’une forme de connaissance par et dans l’exposition » (Poli 2002)11.

En ce sens, tout dispositif expographique peut être appréhendé comme un dispositif de production d’effets du sens car il est le point de rencontre de deux axes de recherche:
– un axe dédié aux « espaces / objets » dans leur rapport à la culture, et
– un axe lié aux « publics » dans une démarche institutionnelle de démocratisation de la culture.

L’espace muséal organise cette rencontre entre la dimension symbolique et communicationnelle des objets culturels et un public particulier (adulte, scolaire, famille), et c’est ainsi qu’il met en œuvre des dispositifs de médiation qui soutiennent une démarche de production de sens en vue de sa réception. Dans le cadre de nos recherches, nous nous intéressons essentiellement aux effets de sens que ces dispositifs muséaux produisent et à la façon dont les jeunes visiteurs perçoivent leur expérience de visite dans un cadre scolaire ou familiale.

Visites familiales

Les musées proposent des offres culturelles diversifiées pour les publics scolaires mais très peu d’entre eux répondent aux attentes du public familial. Une récente étude de la DRAC Nouvelle Aquitaine (Jonchéry 2015)12 retrace les motifs de visite et fait apparaître la convivialité et la quête hédoniste (détente, dépaysement, plaisir et rêve) comme des attentes très fortes exprimées en particulier par le public familial des musées. Si diverses recherches (Barbieux 2011)13 ont démonté l’intérêt de penser la médiation muséale comme une activité conjointe, les offres muséales destinées aux familles ne comprennent que rarement des activités conçues pour être pratiquées ensemble. Souvent la plupart des musées proposent des activités « adultes » et « enfants » distinctes sans produire de réflexion sur les activités conjointes qui pourraient être pratiquées ensemble au cœur de la visite muséale. Les récentes recherches (De la Ville & Badulescu 2017) soulignent qu’au-delà des bénéfices cognitifs, les familles recherchent dans la visite muséale la possibilité de partager des moments de qualité afin de créer des souvenirs communs qui ont l’effet performatif de produire la famille. L’ouvrage de Jonchéry et Biraud (2016)14 retrace les quelques projets innovants conçus par les musées de France en direction des familles et ouvre des perspectives pour les professionnels dans la conception des dispositifs muséaux.

Visites scolaires

Si la visite familiale constitue une nouvelle piste de réflexion pour les professionnels du musée et les chercheurs, l’accueil des publics scolaires est inscrit depuis longtemps dans les politiques de médiation des musées. Dès les années 2000, les missions pédagogiques deviennent un enjeu stratégique pour les établissements culturels qui utilisent deux sortes de médiation : interaction en face à face dans le temps d’accueil au musée (ateliers, visites guidées, etc.) et mise à disposition de ressources pédagogiques confiées à l’enseignant qui joue le rôle de médiateur. La médiation muséale des visites scolaires utilise une « pédagogie du détour » qui présente un double objectif : cognitif, de transmission des savoirs en s’ajustant à ceux acquis en milieu scolaire et d’expérience sociale qui éveille l’esprit, suscite des émotions et se partage avec autrui.

De récentes recherches (Jonchery & Biraud 2014)15 regroupent les attentes et les caractéristiques du public scolaire en quatre catégories. Premièrement, en-dehors du cadre scolaire, le jeune visiteur est peu familiarisé avec le musée : il participe rarement à un projet de visite en plusieurs séquences qui suppose une préparation avant et un suivi après visite. Deuxièmement, le jeune est sensible à l’environnement, à la scénographie de l’exposition et aux conditions de réception. Troisièmement, n’ayant pas acquis les références et les codes culturels nécessaires, il a besoin d’encadrement pendant sa visite du musée : les outils de médiation et les formes d’interaction sociale qui facilitent l’accès au savoir et permettent de construire le sens de la visite sont essentiels. Finalement, le jeune visiteur recherche un moment de divertissement, une forme d’expérience sociale lui permettant de nouer des liens, de prendre plaisir à partager ce moment avec ses pairs.

Ainsi, les dispositifs de médiation participative des musées mêlent différentes fonctions : récréative, pour sortir les jeunes du cadre scolaire afin qu’ils apprennent en s’amusant, en partageant avec leurs pairs ; soutien aux apprentissages formels quand les ateliers de médiation enrichissent le travail scolaire ; relationnelle suscitant l’échange au sein du groupe pour faire émerger des émotions ou des réflexions communes.

L’atelier du Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême. Photographie par Aymeric Brody, 2016.

Les dispositifs de médiation du musée de la BD d’Angoulême

Attaché à l’éducation artistique et culturelle de ces visiteurs16, le Musée de la BD propose une offre de médiation culturelle adaptée aux spécificités des publics scolaires : visites guidées, ateliers de création de BD incitant à découvrir les collections et outils pédagogiques destinés aux enseignants. Cet effort de médiation est apprécié puisque, selon le dernier bilan d’activité, 5 608 visiteurs scolaires ont visité le musée de la BD en 2014 et 2 850 ont participé à des ateliers pédagogiques. Dans le cadre de ces visites scolaires, les médiateurs culturels visent à familiariser les jeunes publics avec la BD, à les rendre acteurs de la visite afin qu’ils mémorisent mieux certaines connaissances et à les initier de façon plaisante à la pratique du dessin. Deux dispositifs de médiation ont retenu notre attention en raison des formes de participation et de co-construction de sens que ces derniers suscitent : la visite libre accompagnée d’un livret-jeu et les ateliers d’initiation à la BD.

Le livret-jeu, décliné par âge (2ème, 3ème cycle et collège), propose une découverte du musée à travers une exploration ludique des collections. Muni du plan du musée et de certains indices, le jeune visiteur doit retrouver ses héros préférés. En s’adressant directement au jeune, le livret-jeu permet d’engager une démarche à la fois attractive, mais aussi énigmatique avec l’objectif de lui procurer un certain plaisir qu’il peut partager avec son groupe. Ce guide fonctionne comme un médiateur entre le jeune et l’exposition : par l’art du jeu, le livret décloisonne le parcours de visite et le conduit à s’intéresser de près aux collections pour y trouver des indices.

Les ateliers d’initiation à la BD offrent 13 types d’animations selon l’âge et le niveau de connaissance des jeunes visiteurs : dessin de personnages, découverte de la BD, réalisation d’une planche, création d’un super héros, etc. Le médiateur propose une découverte participative de la BD et engage le jeune dans un processus de transformation ou d’affirmation de son potentiel créatif. La médiation muséale a pour objectif de renouveler et d’enrichir son imaginaire par le biais de l’exercice artistique. S’initier à l’art de la BD par la pratique donnerait au jeune des clefs d’interprétation et affinerait son esprit critique.

Ces formes de médiation participative consacrent le passage d’une muséologie de l’objet selon laquelle l’objet patrimonial suffit pour faire sens et opère comme médiateur culturel, à une muséologie du point de vue (Davallon 2011)17 plaçant le visiteur au centre de dispositifs interactifs et immersifs qui cadrent son expérience muséale. Ce renversement paradigmatique s’opère du pôle émetteur – l’exposition patrimoniale avec sa signifiance intrinsèque – vers le pôle récepteur – le public dont les attentes, les appréhensions et l’univers de représentation sont analysés en détail.

Si les dispositifs de médiation en direction des publics scolaires paraissent satisfaisants, la fréquentation des familles et des publics scolaires en visite libre n’a pas progressé de façon significative ces dernières années et ce malgré la richesse des collections.

Une première enquête auprès du jeune public (2015)

Méthodologie

Pour analyser les effets de sens dans l’exposition permanente et comprendre les attentes des jeunes visiteurs du musée de la BD, nous avons réalisé en 2015 une première enquête auprès de 44 enfants et adolescents (de 6 à 15 ans) venus au musée en famille et dans le cadre de la visite scolaire18 Cette enquête s’est concentrée sur les points suivants : intérêt du public pour le contenu muséal, accessibilité du musée pour le public étudié (compréhension des informations et contraintes pour l’accès aux planches), attentes spécifiques de ce public permettant l’amélioration du musée actuel. Pour ce faire, nous avons employé deux outils méthodologiques : l’observation directe et le récit de visite.

Une grille d’observation a permis de retracer et de comprendre le parcours de visite du jeune visiteur en nous appuyant sur l’accessibilité physique (postures, gestes, etc.), l’accessibilité intellectuelle (réactions, compréhension des contenus, etc.), l’arrêt devant les expositions, la communication verbale et non verbale (les interactions durant la visite et la communication non verbale (gestes, expressions du visage, etc.). Ainsi, la grille d’observation comprenait à la fois une analyse des déplacements du jeune dans l’espace de l’exposition permanente, mais aussi de ses interactions verbales avec ses pairs ou ses parents et de ses interactions non verbales face aux dispositifs muséographiques proposés.

Le récit de visite (Martin 2012)19 consistait à échanger avec le jeune sur son expérience de visite à partir d’un entretien libre. Il était ainsi invité à exposer ce qu’il a compris de l’exposition permanente en fonction des points d’arrêt et à donner son avis sur l’ambiance générale du musée.

Onze enfants âgés de 6 à 8 ans, quinze entre 9 et 12 ans et dix-huit entre 13 et 17 ans, soit quarante-quatre enfants au total ont participé à notre enquête. Nous présentons ci-après trois exemples d’observations car elles nous paraissent emblématiques de la façon dont les enfants parcourent l’espace de l’exposition permanente.

Observations

ANAIS (8 ans). Elle visite le musée à la recherche des héros qu’elle connaît, les schtroumpfs. Elle est attirée par les écrans mais en comprend pas la logique de présentation de l’exposition et papillonne sans but précis dans l’espace muséal. Elle ne comprend pas certains dispositifs muséographiques et finalement, rien ne capte son attention puisque sa visite dure exactement 5 minutes.

Plan de la visite du Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême par Anaïs (8 ans). Observé par les élèves de l’IUT d’Angoulême, 2015.

ETHAN (9 ans). Il commence la visite par les produits dérivés, ce qui le conduit à effectuer le circuit de la visite à l’envers. Il est très rapidement attiré par les écrans et découvre l’activité de l’atelier qui le retient longuement en compagnie de sa sœur. Mais s’il reste un long moment à l’atelier avec sa sœur (25 minutes), il ne s’est pas réellement intéressé à l’exposition permanente dont il ne fait que traverser l’espace qu’elle occupe.

Plan de la visite du Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême par Ethan (9 ans). Observé par les élèves de l’IUT d’Angoulême, 2015.

ALEXIS (14 ans). Il entre dans le musée, longe le mur d’images se trouvant sur sa gauche et se dirige rapidement vers les vitrines sans respecter le sens de la visite. Il s’arrête un instant pour montrer une vitrine à ses copains. Quelques minutes plus tard, ils s’orientent tous les deux vers une salle où se trouvent les plus belles planches du musée, mais n’y restent qu’une minute. Très vite, Alexis quitte la salle et retourne vers les vitrines où il est attiré par un dispositif audio. Il écoute avec le casque, fait venir ses copains, puis continue à écouter seul. Quelques minutes plus tard, il rejoint ses copains vers l’entrée de la salle d’exposition et discute avec eux. Cet amateur de Comics et de Mangas n’aura pas trouvé ses héros préférés.

Plan de la visite du Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême par Alexis (14 ans). Observé par les élèves de l’IUT d’Angoulême, 2015.

Analyses

Appréhender l’exposition comme dispositif de production d’effets de sens suppose d’analyser la restitution faite pas les publics à partir des thématiques inhérentes à l’expérience muséale : l’environnement, les constructions narratives, le fonctionnement sémiotique de l’espace et l’accessibilité (intellectuelle et physique). Pour l’analyse de l’environnement muséal, la scénographie actuelle du musée constitue un dispositif de sémiotisation (Saint-Martin 1994)20 qui organise les qualités formelles et plastiques de l’espace – la couleur, la forme, la proxémique – et permet de mettre en œuvre des dispositifs d’interaction et de réception par le public.

Alors que l’enfant ou l’adolescent s’attend à retrouver l’univers fortement coloré des bandes dessinées, il découvre une ample salle gris clair, monochrome et froide, présentant une série de vitrines horizontales dans une ambiance feutrée. Le mobilier d’exposition constitué de vitrines horizontales présentant des planches originales sont trop élevées pour les plus jeunes qui n’ont aucun accès aux contenus proposés. Le manque de couleurs vives et un mobilier inadapté signifient aux jeunes que cet espace ne leur est pas destiné et les décourage de s’impliquer dans la visite. L’absence de signalisation pour orienter la visite ou de panneau récapitulant les grandes étapes de la visite, explique que sur les 44 jeunes visiteurs observés, 32 ont effectué le parcours dans le mauvais sens.

Le parcours permanent développe un discours peu accessible aux jeunes visiteurs : le contenu muséal s’adresse à un public adulte car les éléments textuels ne sont pas assez accessibles, tant au niveau des termes employés qu’au niveau des détails. En outre, le parcours ne comprend pas de planches adaptées, ni même d’activités explicites pour les enfants et les adolescents qui ne trouvent pas de « prise » cognitive ou affective pour s’engager dans la visite : les noms des héros actuels qu’ils connaissent, ni des titres de bandes dessinées qu’ils lisent. Sur 44, 20 jeunes ont regretté ne pas voir leurs héros préférés : Tintin a été cité 11 fois, Popeye 9 fois, Astérix et Obélix 8 fois.

Par ailleurs, des décalages entre les textes et les planches exposées empêchent les jeunes de faire le lien entre ce qu’ils voient (les planches) et ce qui est écrit (les panneaux informatifs). L’enfant perd donc vite le fil narratif de la visite et décroche.

Si la majorité des jeunes visiteurs a passé un temps important devant les écrans disponibles dans le musée, et ont indiqué avoir apprécié ces dispositifs, certains ont pointé les déficiences des écrans qui ne marchaient pas. Ces dispositifs sont pourtant très appréciés des jeunes21 au point que certains préfèrent rester devant les écrans plutôt que d’observer les planches de BD exposées derrières les vitrines.

À travers l’analyse des observations et des questionnaires réalisés en face à face avec les enfants, nous pouvons constater que les hypothèses fixées au départ de notre enquête sont validées : manque d’adaptation numérique, discours muséal inadapté aux compétences cognitives des plus jeunes, ambiance sombre et froide dans le musée, absence de signalétique, ne permettant pas de comprendre quel est le sens de la visite, inadaptation du mobilier muséal, ce qui peut expliquer en partie le désintéressement rapide des jeunes visiteurs. Ces derniers ne comprennent pas la logique de présentation des collections et d’organisation de la visite permanente proposée. Avec un temps moyen de visite de 15 minutes, aucun des 44 jeunes visiteurs interrogés n’a effectué le parcours complet, ce qui prouve que ce dernier n’a pas su capter leur attention jusqu’au bout. Une ergonomie à améliorer, un espace à aménager, un outil numérique adapté à intégrer, un parcours spécial à créer sont toutes des alternatives à étudier pour attirer les jeunes visiteurs et rendre la visite agréable, et surtout de donner envie à ces jeunes et à leurs familles de revenir découvrir d’autres planches originales du musée.

Une revisite ethnographique (2016)

Méthodologie

Les résultats de cette première enquête ont donc confirmé que la scénographie du musée de la BD était inadaptée au jeune public. Néanmoins, notre méthodologie d’enquête a montré certaines limites, notamment l’utilisation du récit de visite qui n’a pas permis de produire toutes les données nécessaire pour valider nos hypothèses. Sur le principe de la revisite ethnographique (Burawoy 2010)22, nous avons alors choisi de retourner sur le terrain avec une méthodologie plus adaptée au contexte et au public de l’enquête23. La spécificité de notre public nous a d’abord conduit à reconstruire une grille d’observation, en nous penchant plus particulièrement sur l’accessibilité du musée et l’intérêt des jeunes pour les dispositifs de médiation qui leur sont proposés. Pour ce faire, il nous faillait observer les jeunes in situ, en attachant une attention plus importante au contexte de la visite. Ensuite, nous avons conçu un nouveau guide d’entretien pour compléter la phase d’observation, permettant aux jeunes de s’exprimer plus facilement sur leur perception du musée. Il s’agissait d’aborder en particulier les thématiques suivantes : le sens de la visite, la perception des lieux, l’intérêt pour l’exposition, la satisfaction du jeune visiteur, mais aussi sa culture de la BD et son goût pour les musées.

Dans le cadre de cette deuxième enquête, nous avons pu observer et interroger 39 jeunes visiteurs âgés de 6 ans à 18 ans, un public en moyenne un peu plus âgé que celui de l’enquête de 2015. Parmi ces jeunes, 26 étaient venus au musée de la BD dans le cadre d’une visite scolaire et 13 lors d’une visite familiale. Les circonstances de l’enquête ont directement joué sur le recrutement de nos enquêtés puisque nous avons choisi de venir à des moments où le musée était fréquenté par un public jeune – lors d’un événement commercial s’adressant aux familles (le Salon du chocolat), dans le cadre d’une sortie scolaire ou à la suite d’un atelier avec les médiateurs du musée.

Analyses

De manière générale, l’analyse thématique du contenu des entretiens confirme l’inadaptation du musée au public jeune – quelle que soit la catégorie d’âge –, les jeunes visiteurs que nous avons interrogés étant majoritairement déçus par leur visite au musée de la BD. On retrouve ici les critiques déjà exprimées. La salle d’exposition du musée est perçue comme peu chaleureuse et peu accueillante à cause de son ambiance sombre et froide. L’absence de signalétique désoriente les plus jeunes qui ne comprennent pas toujours la logique de présentation des collections et l’organisation de l’exposition permanente. Parmi les critiques, ce qui ressort également c’est un décalage important entre le contenu du musée et les attentes des jeunes qui ne retrouvent pas, à travers l’exposition, les personnages et les héros qui leur sont familiers. Légitimement, ils ont parfois le sentiment que ce musée ne s’adresse pas à eux mais plutôt à leurs parents, ce que regrette l’un de nos interlocuteurs : « Il faudrait peut-être mettre plus de choses que les enfants connaissent. » (Lou, 11 ans)

Qu’ils aient visité le musée de la BD avec leurs parents ou dans le cadre d’une sortie scolaire, la plupart des jeunes que nous avons interrogés n’ont donc pas été enthousiasmée par la visite de ce musée dont ils ne sont pas la cible. Cependant, un sous-groupe parmi ces jeunes visiteurs semble avoir, au contraire, particulièrement apprécié leur visite. Il s’agit des élèves ayant participé à un projet de « Classe BD », centré sur la pratique du dessin et l’art de la bande dessinée. Dans le cadre de ce projet pédagogique, les élèves ont notamment pris part à des ateliers d’initiation à la BD organisés par l’équipe de médiation du musée.

Conduit par des auteurs de BD implantés à Angoulême, ces ateliers auxquels nous avons pu assister permettent à un petit groupe d’élèves de se familiariser avec l’univers fictionnel de la BD et surtout de découvrir cet art par la pratique même du dessin. Or, les résultats de notre enquête révèlent que les élèves qui ont ainsi été sensibilisés à l’art de la BD ont davantage apprécié la visite du musée que les autres élèves de la classe. Non seulement ils paraissent intéressés par l’exposition mais ils deviennent en quelque sorte acteurs de la visite. D’abord, ils se repèrent plus facilement entre les œuvres exposés, comme s’ils se les étaient appropriés. Ensuite, ils observent, seul ou en groupe, les planches qu’ils ont repérées. Enfin, ils échangent entre eux, mobilisant les connaissances et les compétences qu’ils ont acquises pour agrémenter la discussion. Bien sûr, tous ne sont pas devenus des experts ni des passionnés de BD mais ces ateliers ont suscité chez eux un intérêt réel pour cet art qui s’exprime lors de la visite du musée.

Dans ce cas particulier, le travail de « pédagogisation de l’activité culturelle » (Octobre 2009) effectué par l’équipe de médiation du musée de la BD d’Angoulême semble avoir pleinement fonctionné, au point que certains élèves auraient l’intention de revenir avec leurs parents pour leur montrer ce qu’ils ont appris dans le cadre de cette sortie scolaire. Nous présentons ci-après un exemple d’observation réalisée avec un élève ayant suivi un atelier d’initiation à la BD.

Observations

VICTOR (11 ans). Élève d’une classe BD, il est venu au musée dans le cadre d’une sortie scolaire pour assister à un atelier dessin. Amateur de BD, il semble intéressé par l’ensemble des planches exposées et parcourt le musée en suivant le sens de la visite. Néanmoins il prête un intérêt particulier aux personnages qu’il reconnaît : Tintin, Mickey, Batman, Lucky Luck et Popeye. D’ailleurs, il marquera un arrêt pour regarder une vidéo de Popeye qui a particulièrement attiré son attention, comme celle de ses camarades de classe. Il se penchera également sur les produits dérivés et les figurines qui lui rappellent ses personnages de BD préférés. Au terme de la visite, il semble très satisfait – ce qu’il nous confirme lors de l’entretien – et projette même d’y retourner avec ses parents.

Comme en témoigne le parcours de visite de cet élève, le travail de médiation réalisé dans le cadre des ateliers d’initiation à la BD semble effectivement porter ses fruits. En tout cas, il a un effet positif sur la façon dont se comportent les élèves à l’intérieur du musée, comme si cette initiation à l’art de la BD les avaient rendu capables de s’orienter au milieu des œuvres exposés, comme s’ils avaient acquis une certaine expertise qui leur permet de s’orienter dans ce musée des passionnés. Reste que ces élèves sont des cas particulier par rapport à la plupart des jeunes visiteurs qui ne sont pas passés par un classe BD. Faute de pouvoir s’adresser directement au jeune public, tout se passe comme si le musée formait ces jeunes visiteurs à devenir des experts de la BD. Mais celles et ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir été initiés passeront sans doute à côté de la richesse du musée.

Atelier d’initiation à la BD organisé au sein Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême. Photographie par Aymeric Brody, 2016.

Conclusion

Dans le cadre du programme Numeric (e-culture/e-creation), notre projet vise à intégrer une dimension interactive dans l’expérience de visite muséale de façon à accroître la satisfaction des jeunes visiteurs sans pour autant bouleverser la scénographie existante développant un regard « expert ». Il s’agira de concevoir une visite interactive adaptée aux compétences cognitives et sensori-motrices des jeunes visiteurs en développant des interfaces de consultation interactive sur divers supports nomades. Le projet comprend par exemple la création d’un système d’indexation des contenus patrimoniaux accessibles à un public familial pour favoriser la flexibilité des thématiques culturelles mises en avant. Organiser la navigation dans de grands ensembles de données pour rendre plus flexible la rotation des thèmes de visite permettra de proposer davantage de thématiques afin de susciter l’intérêt des plus jeunes, dans le cadre d’une visite familiale ou scolaire.

 

 

Pour citer cet article : Aymeric Brody et Cristina Badulescu, 2017, « La médiation culturelle à destination du jeune public : une enquête par revisite au musée de la BD d’Angoulême, » in MediaNum, https://medianum.hypotheses.org/343.

 

 

  1. DEPS (2008), Les pratiques culturelles des français : enquête 2008. []
  2. Octobre (2009), Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ?, Culture prospective. []
  3. DEPS (2010), L’enfance des loisirs : Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence. []
  4. Bétard D. (2011), La visite scolaire, enjeu de société, Le Journal des Arts, 359. []
  5. Chaumier S. (2007), Apprendre en s’amusant : credo pour la culture ?, Réalités industrielles. Annales des mines, p. 60-65. []
  6. De La Ville I. & Badulescu C. (2017),Préfigurer le sens d’une visite familiale interactive au musée. Analyse des enjeux épistémiques à partir du cas du Musée de la Bande Dessinée, MEI, 42, à paraître. []
  7. De La Ville I. (2003), Rendre compte de la singularité : quels enjeux pour la recherche en management stratégique, Revue Sciences de gestion, 38, p. 15-36. []
  8. Sordi N. (2011), Les visiteurs du musée de la bande dessinée : étude des publics. []
  9. CIBDI (2014), Le bilan d’activités 2014 de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. []
  10. Desvallées A. (1996), L’expression muséographique, Rencontres européennes des musées d’ethnographie, Paris: Musée National des Arts et Traditions Populaires-Ecole du Louvre, p. 173-176. []
  11. Poli M.-S. (2002), Le texte au musée : une approche sémiotique, Paris, L’Harmattan. []
  12. Jonchéry A. (2015), A l’écoute des visiteurs 2015 dans les musées de Poitou Charentes, DRAC Nouvelle Aquitaine. []
  13. Barbieux C.,(2011), Évaluer les effets des dispositifs ludiques destinés aux enfants en visite familiale, La lettre de l’OCIM 135, p. 19-26. []
  14. Jonchéry A. & Biraud S. (2016), Visiter en famille. Socialisation et médiation des patrimoines, Paris : La documentation française. []
  15. Jonchéry A. & Biraud S. (2014), Musées en famille, familles au musée : de l’expérience de visite des familles à des politiques muséales spécifiques, Informations Sociales, 1/181, p. 86-95. []
  16. CIBDI, (2016), Le projet d’établissement 2016-2018 de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. []
  17. Davallon J. (2011), Le pouvoir sémiotique de l’espace : vers une nouvelle conception de l’exposition?, Hermès, 3/61, p. 38-44. []
  18. Cette enquête a été réalisée en 2015 avec les étudiants de la licence Communication et Management des Evènements de l’IUT d’Angoulême, dans le cadre d’un projet pédagogique lié à l’enseignement d’étude des publics au musée. []
  19. Martin T. (2012), Les logiques d’interprétation des enfants selon leur expérience de visite dans les musées de science et dans le cadre des loisirs,Communication, 30/2. []
  20. Saint-Martin F. (1994), Sémiologie du langage visuel, Québec : Presses Universitaires de Québec. []
  21. L’ordinateur ayant rencontré le plus de succès (au point qu’il y a parfois eu la queue pour s’en servir) était un ordinateur permettant de créer soi-même sa propre bande dessinée. []
  22. Burawoy M. (2010), Revisiter les terrains : Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive, dans Céfaï D. (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, p. 295-351. []
  23. Cette seconde enquête, réalisée en 2016, a également été menée avec les étudiants de la licence Communication et Management des Evènements de l’IUT d’Angoulême. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Quentin dit :

    Ce musée est une honte et pas besoin d’être un « jeune » pour ne pas l’apprécier. Scénographie ridicule que ce soit en terme de mise en espace, qu’en réflexion et appropriation des œuvres mentionnées. Quand j’ai lu que c’était ambitieux parce que cela couvrait toute l’histoire du 9ème art, j’ai failli m’étouffer. Non seulement c’est hyper franco-belge centré (Kirby, Eisner, Tezuka, etc. à peine mentionnés alors qu’ils sont essentiels à l’évolution de la bd !) mais même pour l’Europe et la France, énormément de courants sont à peine évoqués quand ils ne sont pas carrément omis. Je vais pas m’étaler sur toutes les lacunes du musée qui seraient peut être moins graves s’ils ne s’autoproclamaient pas plus grand musée de la BD internationale. Toutefois, le problème n’est vraiment pas lié à ce choc avec la jeunesse (encore heureux que de nombreux lecteurs ont dépassé cette tranche d’âge) mais juste avec une médiation moderne inexistante. Pourtant, le média est l’un des plus exploitable pour obtenir quelque chose de ludique, intelligent, mettant le public au centre du dispositif en le rendant acteur et pas juste un spectateur d’un flux basé, Ô originalité, sur une simple chronologie énormément lacunaire sans lien entre les œuvres et entre les périodes (influences culturels, géographiques, comparaison inter et intra époque, etc.) et dont les auteurs semblent volontairement mettre des œillères en choisissant arbitrairement de mettre telle ou telle œuvre dans leur musée.

    • Nous comprenons tout à fait votre déception quant aux choix scénographiques et discursifs opérés pour l’exposition permanente du Musée de la BD. D’ailleurs, ce parti pris a été clairement défendu dans l’introduction au catalogue de 2009 où il était question de donner une certaine légitimité au 9ème art et de concevoir un parcours muséal s’adressant à un public expert. Cela dit, l’objectif de notre article n’était pas de juger de la pertinence des choix scientifiques du musée, mais d’analyser la médiation muséale à destination du jeune public. L’analyse exposée dans notre article semble faire échos à la nécessaire refonte de la muséologie de ce musée que vous évoquez. D’ailleurs, cet article a été rédigé dans le cadre d’un programme de recherche CPER/ FEDER sur les « Industries Culturelles Créatives » où il est question de réaliser un audit de l’accueil des familles au Musée de la Bande Dessinée (CIBDI), mais aussi de proposer un parcours interactif d’accompagnement à la visite familiale…

      • Quentin Gautier dit :

        Et bien, même en vu d’un parcours dédié à un public «expert», je le trouve malheureusement raté. Je me considère comme un public plutôt expert en ce qui concerne le 9ème art mais qui veut dire expert ne veut pas dire abscons… Et personnellement, le parcours ne pas paru expert, il m’a vraiment aussi déçu de ce côté. Il m’avait plutôt l’air tout public (avec envie de connaître l’histoire de cet art) mais centré très traditionaliste grand public dans son propos et dans ces œuvres. Il faut arrêter de penser qu’un parcours de médiation plus interactif ne s’adresse forcément qu’à des gens. Ici le public est passif et il serait intéressant même pour un public jugé expert de le rendre acteur de sa médiation. Si vous voulez touché plusieurs types de publics, faites plusieurs niveaux de médiation et c’est d’autant plus simple lorsque vous proposez une exposition qui ne soit pas figée et qui appelle des liens et des interactions dans un ensemble de parcours.

        • Merci pour votre réflexion ; une exposition multi-niveaux avec graduation et multiplication des parcours, récits et discours, mais aussi intégration des publics experts susceptibles de proposer, en ligne par exemple, d’autres regards, etc. sont évidemment des pistes intéressantes que facilitent effectivement les dispositifs dits interactifs (qu’il s’agissent d’ailleurs de dispositifs numériques in situ ou en ligne ou des dispositifs plus classiques que sont par exemple les ateliers réalisés par des médiateurs). Comme signalé dans ce billet, la refonte de ce musée est donc une affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *