Extension transmédiatique et profusion sémiotique sur les voies d’Aliénor

Le 16 novembre 2019 aura lieu à Créon (33) la seconde représentation du Testament d’Aliénor, théâtre-rock co-écrit par Katy Bernard, Maîtresse de Conférences d’Occitan à l’Université Bordeaux Montaigne, et Sandrine Biyi, auteure de romans historiques sur le Moyen Âge. Sur une mise en scène de Jan-Luc Delage, avec les principaux personnages et les musiciens du groupe The Very Big Small Orchestra, Alienor d’Aquitaine (Florence Coudurier) et son dernier fils, Jean Sans Terre (Christophe Rosso), reviennent à la vie pour raconter leur propre histoire sur scène, et avec eux, Guillaume IX d’Aquitaine, grand père d’Alienor et premier troubadour de l’Histoire…

Suite aux nombreux échanges que l’équipe du projet a eus avec Katy Bernard, et en accord avec les différents protagonistes de cette aventure, nous avons souhaité intégrer cette représentation théâtrale au sein de la narration transmédiatique que nous développons autour des Voies d’Aliénor.

Extrait du testament d’Aliénor, 2018Bertrand Mercadé sur Vimeo.

Des publics captifs au “tout public”

Si les publics scolaires – dans lesquels nous intégrons les enseignants et les élèves – restent nos “visiteurs modèles” (Davallon et Le Marec, 2000)1 pour lesquels nous continuons à configurer des dispositifs d’accompagnement et à anticiper des possibles activités d’éducation artistique et culturelle (EAC), cette intégration d’un spectacle au sein du projet a pour objectif d’élargir les membres potentiels et effectifs du public visé qui pourrait être défini rapidement comme des néo-aquitains qui s’intéressent au patrimoine médiéval. Je rappelle d’ailleurs que notre ambition ici, au-delà de la démarche de recherche-action qui consiste à expérimenter directement des outils et dispositifs de médiation patrimoniale afin de les faire évoluer, est, in fine, d’interroger le concept même de transmedia storytelling quand celui-ci est mis au service de la médiation patrimoniale.

Or, faire évoluer le périmètre d’action du projet, lui donner une nouvelle architecture, c’est en réalité tenter de questionner les possibles élargissements des publics permis par ce type de démarche qui consiste à faire coexister, cohabiter, différents “médias”. Au même titre que d’autres projets transmédiatiques culturels font du “média-exposition” leur dispositif central mais non principal2, le Testament d’Aliénor est donc ici pensé comme une pratique médiatique, “intermédiale” pour certains (Larrue, 2008)3, qui crée un espace de production de sens. En d’autres termes et pour reprendre les termes de Jean Davallon (1992)4, un opérateur socio-symbolique qui représente et communique à un public une partie de la vie d’Aliénor d’Aquitaine et est donc susceptible de compléter notre propre narration.

Toutefois, associer un événement extérieur, émanant d’autres acteurs, au projet initial met à mal le principe de cohérence intrinsèque au transmedia storytelling qui repose d’ailleurs dans le secteur des industries culturelles et notamment des séries télévisées sur une bible5 censée encadrer cette multiplication des supports et signes sémiotiques. Pour pallier cet écueil, nous nous sommes lancés au printemps 2019 dans la conception et la rédaction d’un ensemble de supports et contenus intermédiaires permettant de combler les béances narratives entre les outils déjà existants – principalement le site Internet qui présente l’ensemble de la vie d’Aliénor découpée en 4 grandes époques – et sa fin de vie littéralement incarnée par le théâtre-rock. C’est cette activité de “textualisation” des êtres culturels (Jeanneret, 2008)6 que ce billet tente de retracer. J’en profite par ailleurs pour souligner combien ces contenus n’auraient pu voir le jour sans l’aide précieuse de deux stagiaires, Marie-Julie Coquilhat et François Lemoine, respectivement étudiant en Master Conception de Projet Numérique et Multimédia (CPNM) et Master Ingénierie de Projet Culturel et Interculturel (IPCI) à l’Université Bordeaux Montaigne.

Médiation patrimoniale en régime fictionnel et hypertextuel

Marie-Julie s’est pour sa part principalement consacrée à l’élaboration du blog de la nourrice (personnage fictif) qui permet de raconter l’enfance d’Aliénor, ainsi que du compte Instagram de Bernard de Ventadour, troubadour à la cour d’Aliénor au moment de son second mariage avec Henri II et narrateur principal des Voies d’Aliénor, et, enfin, du fil Twitter d’Aliénor qui nous permet d’évoquer sa captivité et de retracer sa libération. C’est principalement ce support qui permet de faire le lien entre ce moment où elle est libérée et le moment de sa mort qui sera symbolisée par le spectacle.

Si les mèmes, dont danah boyd a par ailleurs révélé l’importance dans la mise en place d’une culture participative chez les jeunes7, sont au cœur de la ligne éditoriale du compte Instagram, l’usage de Twitter, médium de l’instantanéité s’il en est, a été plus problématique puisqu’il s’agissait de résumer en quelques semaines et quelques tweets presque 15 ans d’enfermement…

Capture écran du compte Instagram de Bernard de Ventadour
MediaNum – Cis Design & MediaLab, 2019

Pointe ici une tension inhérente aux pratiques de médiation patrimoniale8 mais renforcée dans ce type de projets où le recours à la fiction est, in fine, obligatoire. Qu’en est-il en effet ici du “contrat communicationnel” (Davallon et Le Marec, 2000) qui lie les publics aux structures culturelles et qui s’appuie sur une forme de confiance en ce qui est montré ? En l’absence d’étude précise sur l’accueil de ces contenus par les publics, gageons simplement à l’heure actuelle que ce brouillage entre les faits authentiques d’un côté et leur médiatisation numérique de l’autre peut être atténué par l’usage de formes médiatiques, telles Twitter, dont l’opérativité socio-symbolique ne fonctionne que dans un un cadre de référence et d’énonciation qui ne laisse planer aucun doute du côté des récepteurs sur le parti pris fictionnel de ces écrits…

François a quant à lui plus spécifiquement travaillé sur deux autres médiums numériques : Facebook et YouTube, avec comme perspective de rendre ces contenus non seulement exploitables par les publics scolaires mais aussi que ceux-ci puissent servir de point d’entrée (rabbit hole) dans l’univers transmédiatique pour de nouveaux publics. Sur Facebook, une page maîtresse et plusieurs pages personnages ont ainsi été créées. Ces dernières ont été pensées pour que celles-ci puissent entrer en interaction et discuter en adoptant le point de vue supposé de chaque personnage qu’elles sont censées représentées. La chaîne YouTube relaye pour sa part plusieurs vidéos, pour l’essentiel créées pas d’autre vidéastes, amateurs d’histoire ou autre, dont les thématiques peuvent permettent d’enrichir la découverte de l’époque d’Aliénor et des personnages qui l’ont entourée. Comme la plupart des personnages de notre stratégie ont une playlist dédiée, les vidéos peuvent ainsi être relayées sur les pages Facebook correspondantes afin de les agréger en un même espace.

Au terme de cette première extension narrative et médiatique, tant temporelle que spatiale donc et qui doit se conclure vendredi 15 novembre lors d’un atelier d’enluminure encadré par le CLEM à partir d’un fac-similé de lettre “médiévalisante” avec des publics scolaires in situ en amont de la présentation du spectacle le lendemain soir, une remarque personnelle sur son impact en tant que dispositif de médiation patrimoniale…

Retweet du 12 octobre par le Musée de Cluny
MediaNum – Cis Design & MediaLab, 2019

Ainsi, le travail de textualisation numérique assuré par Marie-Julie et François dans le cadre de cette extension narrative et médiatique aboutit à une profusion sémiotique où s’entremêlent supports et contenus, rendant par là même complexe l’appréhension globale de l’architecture transmédiatique, hypertextuelle, nouvellement créée. Cette production repose en effet sur la trivialité de ces contenus qui sont ainsi mis en mouvement selon une dynamique sociale diffuse (Jeanneret, 2008) et qui ne peut fonctionner que s’il y a engagement – physique et intellectuel – des publics. Or cette architecture transmédiatique et hypertextuelle parie sur la capacité de ces publics à passer d’un médias à l’autre , tels des enquêteurs suivant à la trace les voies d’Aliénor… démarche qui a pu par ailleurs montrer ses limites dans un contexte de médiation culturelle (Jutant, 2011)9

Mais s’il est encore difficile de suivre comment des publics potentiels vont se saisir de ces contenus, signalons d’ores et déjà l’intérêt des institutions culturelles pour ce type de démarche, le Musée Cluny, le Centre des Monuments Nationaux, le Musée d’Aquitaine de Bordeaux et la médiathèque de Poitiers, ayant par exemple relayé sur leurs propres réseaux les comptes Instagram ou Twitter créés dans ce cadre10

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Extension transmédiatique et profusion sémiotique sur les voies d’Aliénor," in MediaNum, 12/11/2019, https://medianum.hypotheses.org/1002.

  1. Davallon, Jean et Le Marec, Joëlle. “L’usage en son contexte. Sur les usages des interactifs et des cédéroms des musées”. Réseaux, 101, 2000, p. 173-195. []
  2. Songeons par exemple au projet Le roi est mort du Château de Versailles dont l’exposition qui s’est déroulée du 27 octobre 2015 au 21 février 2016 constituait bien l’élément central de la narration auquel tous les autres supports médiatiques (réseaux sociaux, mooc, concerts, etc.) devaient “aboutir”. []
  3. Larrue, Jean-Marc “Théâtre et intermédialité : une rencontre tardive”. Intermédialités / Intermediality no 12, 2008, p. 13–29. []
  4. Davallon, Jean. “Le musée est-il vraiment un média ?”. Publics & Musées, 2, 1992, p. 99- 123. []
  5. Voir par exemple cette article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bible_(t%C3%A9l%C3%A9vision) []
  6. Jeanneret, Yves. Penser la trivialité, vol. 1, La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès Sciences-Lavoisier, 2008. []
  7. Jenkins, Henry, Ito, Mizuko et danah boyd. Culture participative. Une conversation sur la jeunesse, l’éducation et l’action dans un monde connecté. Caen, C&f Éditions, 2017. []
  8. Voir à cet égard les travaux d’Emilie Flon sur les rapports à la fiction dans les médiations archéologiques. []
  9. Jutant,  Camille. S’ajuster, interpréter et qualifier une pratique culturelle : Approche communicationnelle de la visite muséale. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, spécialité muséologie, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, université de Québec à Montréal, 2011. []
  10. Sur l’usage des réseaux sociaux par les structures culturelles, on pourra par exemple se référer à cet ouvrage : Audouard, Marie-Françoise ; Rimaud, Mathilde ; et Wiart, Louis. Des tweets et des likes en bibliothèque : Enquête sur la présence de quatre bibliothèques de lecture publique sur les réseaux sociaux numériques. Paris : Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2017. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.