Enjeux et réalités d’un programme de recherche-action : de l’expérimentation à la stratégie modèle

En novembre 2019, nous présentions sur ce carnet les extensions à venir autour du dispositif transmédiatique Les Voies d’Aliénor dans le but d’élargir les publics de cette proposition initialement développée dans le cadre des politiques d’éducation artistique et culturelle et donc destinée prioritairement à des publics scolaires. Alors que 13 classes de collèges et de lycées de la région Nouvelle-Aquitaine étaient inscrites à la rentrée 2019-2020 auprès de la Délégation Académique aux Arts et à la Culture (Daac) du rectorat de Bordeaux et que des partenariats se mettaient en place avec des structures de terrain telles que le Cirdoc – Site Etnopòle et Le Clem Patrimoine pour la mise en place d’actions de médiation, la crise sanitaire stoppa brutalement toutes ces développements… Ces longs mois d’incertitude nous ont cependant permis de prendre le recul nécessaire pour faire le point sur le chemin parcouru depuis 2016 et ainsi répondre à notre objectif initial : réfléchir aux pratiques transmédiatiques applicables à la valorisation du patrimoine matériel et immatériel et proposer aux professionnels de ce secteur d’activité des outils exploitables facilement.

MediaNum part en effet du constat que les stratégies narratives et multi supports s’appliquent prioritairement à des œuvres médiatiques marchandes (films, séries télévisées, romans, jeux vidéo par exemple) pour, non seulement, promouvoir l’œuvre en question, mais aussi fidéliser les publics engagés dans l’univers narratif. Or, il s’agissait dès le départ pour nous de dépasser ce constat tout en fournissant des pistes de réflexion et des clés d’adaptation aux professionnels des structures et organisation culturelles. Pour cela, et comme en témoigne ce carnet, nous avons structuré notre recherche collective en trois phases de travail :

  • 1) l’établissement d’un état de l’art et la passation d’entretiens auprès d’acteurs et de professionnelles ayant monté ce type de projets1 ;
  • 2) la conception et la production d’une stratégie de valorisation patrimoniale exploitant les principes narratifs du transmedia storytelling2 ;
  • 3) son évaluation pour modification et déploiement sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine3.

Cette posture de recherche-action nous a de fait permis de mettre en place une expérimentation, terme employé ici dans une acception proche de celle qu’utilisent les sciences expérimentales, c’est-à-dire qui sous-entend que l’équipe engagée autour du programme de recherche-action MediaNum a développé une méthode scientifique exigeant l’emploi de l’expérience pour vérifier les hypothèses avancées et acquérir des connaissances positives et applicables à l’adaptation du transmedia storytelling à la valorisation culturelle et patrimoniale. Et cette question de l’efficacité du transmedia storytelling pour valoriser le patrimoine, nous y avons finalement répondu sous la forme d’un ouvrage dont la forme originale traduit la démarche qui a été la nôtre ces dernières années.

Comme nous l’avons déjà souligné, celle-ci avait pour objectif principal d’interroger les pratiques de valorisation du patrimoine exploitant une stratégie transmédiatique en confrontant les théories actuelles développées par les Cultural studies autour du transmedia stoytelling au contexte particulier de la médiation culturelle par une mise en pratique concrète d’une stratégie de valorisation patrimoniale. Cette posture en immersion dans les pratiques que nous étudions – le transmedia storytelling et sa réception du côté des publics ainsi que la numérisation des patrimoines et leur médiation et médiatisation numériques – nous permet de suivre à la trace la fabrique institutionnelle et sociale de celles-ci. Ainsi, si la première partie de l’ouvrage réunit des retours d’expériences concrètes ainsi que des analyses de projets précis, la seconde partie se propose pour sa part de donner aux professionnels intéressés quelques clés méthodologiques pour la mise en place d’une telle stratégie de valorisation culturelle transmédiatique à partir du suivi de production et des enquêtes menées sur Les Voies d’Aliénor. Publié par les éditions Complicités au sein de la collection MUSÉO-EXPOGRAPHIE / OCIM, cet ouvrage réunit des textes de Kellian Adams, Dominique Bourgeon-Renault, Maud Derbaix, Aurore Gallarino, Ronan German, Elodie Jarrier, Arnaud Laborderie, Agata Greani-Nicoli, Christine Petr et Don Mathieu Santini. Il est complété par un protocole à usage des professionnels de la culture pour l’élaboration d’une telle stratégie de valorisation et découpé en 6 étapes.

Et si l’on concède, pour conclure cette rapide présentation, que parler de dispositif transmédiatique, c’est aussi interroger celui-ci dans une visée d’efficacité en étudiant les procédures mises en place à des fins particulières, alors on peut estimer que ce processus communicationnel montre ses preuves en terme de transmission du patrimoine. Considérant en effet que cette transmission se caractérise par “l’instauration d’une relation à l’autre (dans le temps et dans l’espace) au moyen d’un objet” (Davallon, 2006 : 20)4, alors le transmedia storytelling facilite cette instauration, non seulement avec ceux qui nous ont précédés grâce à la projection fictionnelle, mais aussi avec la communauté avec laquelle nous interagissons et en devenant, finalement, nous même un canal de médiation… Au même titre qu’au sein d’une exposition, processus de communication patrimoniale plus classique, les publics sont ici mis au cœur du dispositif transmédiatique et deviennent in fine des participants actifs à son fonctionnement et à la construction collective de sens et de savoirs patrimoniaux.

Vous pouvez accéder à une présentation en ligne de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Pour citer cet article : Jessica de Bideran, "Enjeux et réalités d’un programme de recherche-action : de l’expérimentation à la stratégie modèle," in MediaNum, 08/09/2021, https://medianum.hypotheses.org/1221.
  1. Voir par exemple le billet de Florent Favard pour l’état de l’art ou les entretiens réalisés sur Montaigne Superstar, Les secrets de la forêt océane, Esprits du vin et Angoulême-Dakar. []
  2. Voir tous les articles publiés dans le catégorie “Behind the scene”. []
  3. Voir par exemple les billets rédigés entre 2018 et 2019 par Julie Blancard et qui détaillent la méthode d’enquête mise en place. []
  4. Davallon Jean, Le don du patrimoine, Paris, Hermès, 2006. []

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search