Les secrets de la forêt océane, un projet transmédia valorisant l’invisible

Les secrets de la forêt océane, une bande dessinée interactive et transmédia. Crédits : Pays Landes Nature Côte d’Argent – Synapse Conseil – Ed. Sud-Ouest – Patrice Cablat – 16 Arts Production – Mazedia, 2015.

« Grâce à cette application, plongez au cœur de deux mille ans d’histoires du territoire de la côte landaise à travers des jeux interactifs. Des vidéos ludiques sont également accessibles à partir de QRcodes cachés dans la bande-dessinée en vente dans les offices de tourisme au prix de 14,90€. Avec l’application et la bande-dessinée, tous les secrets du patrimoine local allant de Sanguinet à Léon en passant par Biscarrosse et Mimizan se révéleront à vous… » C’est en ces termes qu’est présentée l’application « Les secrets de la forêt océane », téléchargeable gratuitement, sur les plateformes Apple et Androïde. Réalisée suite à l’appel à projets régional de 2013 « Médiation innovante du patrimoine culturel et environnemental au service du développement touristique », cette application s’insère au sein d’un dispositif plus large s’appuyant sur une bande dessinée au format papier et du contenu audiovisuel accessible en ligne. Proposant un récit qui se déploie sur différents supports, nous avons tout naturellement intégré ce programme à l’état de l’art réalisé par Florent Favard.

Souhaitant poursuivre notre travail d’enquête auprès des producteurs aquitains, entamé avec Justine Dujardin, nous retranscrivons ici l’échange que nous avons eu avec Catherine Calmé1, gérante de la société Synapse Conseil et productrice du projet transmédia de valorisation du patrimoine territorial landais déjà chroniqué au sein du corpus de projets en ligne.

Comme lors du précédent entretien, sept grandes thématiques ont pu être appréhendées au cours de cette discussion :
1. Les origines du projet
2. Les publics visés
3. Les différents médias exploités et les compétences nécessaires à leurs réalisations
4. La narration développée
5. Les expériences usagers imaginées à partir des différents supports
6. La participation des publics
7. Les suites possibles à donner à ce projet

1. « Les secrets de la forêt océane » propose une façon originale d’explorer un territoire et son histoire. Pourriez-vous revenir sur son origine?

« Les secrets de la forêt océane » est un projet porté par le Pays Landes Nature Côte d’Argent, un territoire regroupant un certain nombre de communes landaises ayant notamment des intérêts économiques ou culturels communs et dont le siège est basé à Mimizan2. La mission principale de cette entité est donc de développer l’attrait de ce territoire… Dans cette optique, le Pays portait depuis longtemps la volonté de faire réaliser une bande dessinée permettant de valoriser son patrimoine mais en y mettant quelque chose « d’un peu numérique », le tout selon un objectif touristique. Je suis donc intervenue en tant qu’assistance à maîtrise d’ouvrage pour mettre en œuvre cette proposition de départ : créer un outil de développement touristique basé sur une bande dessinée et l’associer à un ou des dispositifs numériques… Tout est ensuite parti d’un constat assez simple mais problématique lorsque l’on souhaite valoriser son patrimoine : comment rendre visible un patrimoine invisible, intéressant très riche, mais, en quelque sorte, un peu caché? Il s’agissait donc de trouver un moyen de sensibiliser les visiteurs pour que ces derniers arrêtent de penser que les Landes se résument à de longues étendues de pins où rien ne subsiste… Mettre de l’épaisseur, redonner du relief au paysage pour donner à voir le patrimoine naturel, architectural et culturel des Landes, voilà en quelques mots résumés les objectifs de ce programme. Tout logiquement, c’est le récit qui est au cœur du projet, un récit lisible sous forme de bande dessinée.

Retour au sommaire

2. Comme il s’agit d’un projet de développement touristique, les touristes semblent de fait les publics prioritaires visés par cette stratégie? Pourriez-vous toutefois nous en dire un peu plus sur ces différents publics?

Les publics cibles se sont évidemment les touristes! Pour autant, nous avons souhaité élargir cette première catégorisation en partant du principe que nous serions d’autant plus convaincants avec les touristes si nous disposions de relais locaux. Pour cela nous avons tenté de construire un récit fédérateur, généré avec et par des locaux, des gens habitant sur place… Car ce sont ces locaux qui sont amenés à accueillir les touristes, à les conseiller, l’idée étant d’éviter la traditionnelle rupture entre les touristes d’un côté et les locaux de l’autre, de réconcilier ces deux types de populations qui, si elles ne s’ignorent pas, s’évitent le plus souvent… Le Pays Landes Nature Côte d’Argent possède en effet un tissu local important, un vrai bassin industriel, et l’arrivée massive des touristes durant les saisons estivales est parfois vécue comme envahissante…

Retour au sommaire

Les secrets de la forêt océane, un univers numérique combinant site Internet et application mobile. Crédits : Pays Landes Nature Côte d’Argent – Synapse Conseil – Ed. Sud-Ouest – Patrice Cablat – 16 Arts Production – Mazedia, 2015.

3. Comment avez-vous pensé l’articulation entre les différents supports de la stratégie transmédia? Quels sont les types de médias exploités et pour les réaliser, quelles compétences avez-vous sollicitées?

Une fois les bases du projet stabilisées, la stratégie a été précisée au sein d’un cahier des charges rédigé de façon collective avec les services du Pays, et plus exactement avec l’ancienne équipe de direction. Au sein de ce cahier des charges, c’est la bande dessinée « augmentée » qui est l’élément central puisqu’elle représente le média qui fédère les autres supports, une application mobile et un site web, deux médias auxquels on accède via des QR-codes insérés au sein des planches de la bande dessinée. Sur le site3, le visiteur-lecteur accède ainsi à une série de courtes vidéos documentaires qui retracent les différents paysages et les différentes époques qui ont modelé le territoire, des villages néolithiques aux stations balnéaires contemporaines. L’application est quant à elle plus destinée aux jeunes publics: elle propose des jeux, des quizz, qui permettent d’approfondir le contenu transmis par la bande dessinée. C’est donc bien la bande dessinée qui, littéralement, organise l’ensemble de l’expérience. Le modèle économique est par conséquent construit sur la distribution de cet ouvrage, vendu au prix de 14,90 euros dans les Offices de tourisme du territoire, les points presse du Pays et grâce au réseau de distribution de Sud-Ouest qui a été retenu pour éditer la bande dessinée aux côtés de Patrice Cablat, auteur et dessinateur de bande dessinée. L’univers numérique, réunissant le site et l’application mobile, a quant à lui été produit par la société Mazedia et les contenus audiovisuels par 16 Arts Production. Ces supports numériques reprennent d’ailleurs l’univers de la bande dessinée: la charte graphique est cohérente et chaque amorce vidéo s’ouvre sur une reprise d’une case de la BD… Éditée à 4000 exemplaires, la bande dessinée s’est vendue à 1500 exemplaires la première année, ce qui est un chiffre tout à fait honorable…

Retour au sommaire

4. Comme le veut la logique du transmédia storytelling, c’est le récit qui est au cœur du dispositif; pourriez-vous nous présenter brièvement la narration développée et les choix effectués pour valoriser ce patrimoine territorial invisible?

Le récit se découpe en 8 séquences, de l’an 15 après J.-C. à maintenant; ces 8 périodes étaient déjà fixées avant même que j’intègre le projet et permette de raconter 2000 ans d’histoire en 8 focus, comme autant d’histoires qui n’ont, au-delà du territoire rien à voir… Il n’y a, par exemple, pas de personnage en commun ou de famille que l’on suivrait tout le long: le noyau de la narration c’est donc le territoire, les paysages qui se superposent, sont modifiés, évoluent au fil du temp… Le lecteur retrouve ainsi des éléments qui restent dans le décor d’une histoire à l’autre… C’était aussi une manière d’apprendre aux touristes à bien observer les paysages qui les entourent les centres-bourgs, des éléments remarquables du panorama, etc.. Pour autant, et bien que les récits soient fictifs, ces derniers sont complètement crédibles. Ce gage de crédibilité a été assuré par notre conseillère historique et scientifique, Bénédicte Boyrie-Fénié, qui a le plus souvent dû trancher entre les désaccords et proposer des compromis historiques satisfaisants pour tout le monde.

Au-delà de cette mise en récit de l’histoire de la région, le contexte touristique a d’autre part fortement influencé la narration puisqu’il s’agissait d’unifier le territoire autour de lieux sélectionnés pour leur intérêt historique ou architectural. Nous avons pour cela constitué un comité de pilotage permettant d’associer les sites touristiques et musées du territoire susceptibles d’apporter du contenu et/ou d’être associés et présentés dans l’application mobile. Le comité de pilotage s’est enfin également appuyé sur de nombreuses associations de passionnés, d’amateurs, qui nous ont servi de relais sur le terrain…

Retour au sommaire

5. En parlant de terrain, comment avez-vous imaginé l’expérience de l’usager alors même que la stratégie repose sur deux médias qui suggèrent des postures contraires (lecture statique de la BD vs consultation en mobilité de l’application)? Comment pousse-t-on les gens à sortir de chez soi?

C’est une très bonne question, délicate même… La première réponse que l’on peut donner c’est que là encore, tout passe par la bande dessinée: c’est à travers celle-ci que nous avons tenté d’inciter au déplacement des publics sur le territoire. Au sein des planches, le lecteur découvre ainsi des lieux en rapport avec l’histoire, des lieux qui existent encore aujourd’hui, qu’il peut retrouver sur le territoire… Grâce à des QRcodes, il peut également accéder à des vidéos documentaires sur les lieux évoqués dans la BD… L’objectif était donc avant tout d’éveiller la curiosité des touristes! Pour autant, nous n’avons pas réellement les moyens de savoir si cela a été suffisant, si cela a réellement fonctionné… En dehors des statistiques de téléchargement de l’application et des quelques retours que nous avons pu avoir par les personnels des Offices de Tourisme ou des Musées concernés, nous n’avons pas mis en place d’outils d’évaluation. Mon ressenti est toutefois que l’univers numérique est difficile à activer: autant la bande dessinée est un objet séduisant qui a connu un vrai succès, autant l’application numérique semble être restée confidentielle… La dématérialisation complète de la médiation n’est pas concluante… Il manque une sorte de brique de médiation qui permettrait d’animer l’univers numérique.

Retour au sommaire

Les secrets de la forêt océane, captures de l’application mobile. Crédits : Pays Landes Nature Côte d’Argent – Synapse Conseil – Ed. Sud-Ouest – Patrice Cablat – 16 Arts Production – Mazedia, 2015.

6. Le touriste était au cœur de votre préoccupation, avez-vous envisagé une sorte de collaboration avec ces derniers?

La participation des publics n’a jamais été réellement envisagée; certes, des habitants et des passionnés ont participé à l’élaboration du récit, via des réunions collectives menées avec des associations locales, mais ces présentations publiques ont eu lieu plutôt en fin de production puisqu’il nous fallait présenter des éléments concrets aux personnes présentes pour avancer sur les histoires à raconter… En fait, c’est plutôt l’inverse qui a été envisagé: les habitants ont été associés à l’élaboration du projet par une résidence de l’auteur qui, au début de la production, s’est déplacé dans des écoles du territoire pour expliquer la création d’une BD… C’est donc l’auteur qui a été immergé sur le territoire pour, en quelques sortes, enraciner le récit dans le tissu local et tenter ainsi d’impliquer les habitants à travers leurs enfants. Mais le récit livré a bien été considéré comme terminé… nous n’avons pas ménagé de points vacants dans lesquels pourraient s’insérer des productions amateurs…

Retour au sommaire

7. Avez-vous imaginé une suite à ce projet et si oui laquelle?

Compte tenu des quelques points négatifs que j’ai précédemment évoqués et des retours mitigés sur la réception et l’appropriation des contenus numériques de la stratégie, il me semblerait nécessaire, dans un avenir proche, de repenser le maillage du territoire. On pourrait par exemple imaginer de mettre en place des relais physiques pour donner une seconde vie aux vidéos visibles actuellement que sur le site Internet… Des écrans dans les Offices de Tourisme ou dans les Musées, mais aussi en extérieur avec des structures spécifiques, permettraient ainsi de rendre tangibles dans l’espace paysager ces contenus pour l’instant « invisibles » en quelques sortes… On pourrait aussi imaginer jouer avec la réalité augmentée sur les monuments valorisés ou sur les paysages et les centre-bourgs présentés… Mais cela demande un budget important alors que la première proposition me semble plus réalisable, et peut-être plus efficace, avec une bonne signalétique et de vrais relais d’animation sur le territoire…

Ce qui est sûr c’est que le 100% numérique ne fonctionne pas dans ce type de pratiques de découvertes patrimoniale et ce travail de médiation ne peut pas être assuré par les Offices de Tourisme car ce n’est tout simplement pas le cœur de leur métier… Il manque une brique de médiation par rapport à l’offre informationnelle de base que ces derniers délivrent aux touristes: on pourrait ainsi imaginer des visites déguisées, de l’événementiel, en faisant appel aux associations locales par exemple, créer quelque chose qui tourne sur le territoire avec des associations de médiation qui exploiteraient l’outil numérique pour asseoir leur propos… C’est uniquement comme cela que l’on pourra, je pense, fidéliser le touriste en créant un lien fort avec le pays visité lors de ses vacances!

Retour au sommaire

Pour lire la bande dessinée en ligne sur Calaméo :

Pour citer cet article : Mélanie Bourdaa, "Les secrets de la forêt océane, un projet transmédia valorisant l’invisible," in MediaNum, 27/02/2017, https://medianum.hypotheses.org/210.
  1. Cet entretien a été réalisé par Jessica de Bideran et Mélanie Bourdaa le le 31 janvier 2017. Nous en profitons pour remercier Catherine Calmé pour le temps qu’elle nous a accordé ainsi que pour sa relecture. []
  2. Pour plus de compléments, on pourra consulter le site de cette structure territoriale: https://www.tourisme-payscotedargent.com/bd/ []
  3. Accessible à cette adresse : http://bd-payscotedargent.com/ []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bahuaud Myriam dit :

    Retenons de ce riche entretien et de cette expérience un certain nombre de points:
    1/ aussi génial soit-il un produit et/ou un service nécessite la construction d’une bonne stratégie de communication au sein de laquelle il est nécessaire de hiérarchiser ses cibles communicationnelles (cible principale, coeur de cible, cibles secondaires et cibles relais).
    2/il me semble, à la lecture de ce papier, que ce sont bien les dernières cibles qui semblent poser souci
    3/ penser TERRAIN, terrain et encore terrain… donc ne pas négliger tout ce qui peut l’animer et amener les visiteurs… le numérique n’étant finalement qu’un moyen et non une fin
    4/ je trouve l’idée d’un comité de pilotage très intéressant pour coordonner les différents acteurs du terrain car les cibles relais sont multiples et très hétérogènes donc un vrai travail de coordination et d’harmonisation (peut être et encore?) doit être mené
    Toutes ces expériences sont passionnantes et enrichissantes ! En espérant lire très vite d’autres CR d’entretiens. Merci pour ce partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *