Insaisissable public, du transmédia au transgénérationnel

Edit : ce billet a donné lieu, suite à sa publication, à la réalisation d’une notice sur le jeune public pour le Publictionnaire édité par le CREM et à lire sur leur site ici.

Un média n’existe que s’il trouve son public, il n’est rien tant qu’il n’a pas été approché par ceux à qui il s’adresse. Et même si ses contenus parviennent à « toucher » quelqu’un (un quelqu’un que l’on espère toujours grand et fort) encore faut-il que ce dernier leur fasse honneur en les entendant réellement. Combien d’informations restent vaines par manque de résonance auprès d’un public mal abordé car mal saisi. Les études médiatiques ont démontré depuis longtemps que l’on ne peut prendre les individus pour des réceptacles dociles qu’il suffit d’atteindre, mais qu’il faut au contraire intégrer tous les mécanismes d’appropriation personnelle et culturelle qu’ils mettent en place au contact d’un média, plus ou moins consciemment. Cette perspective appelle une bonne connaissance préalable des publics auxquels on souhaite non pas simplement « s’adresser » mais que l’on voudrait mobiliser. Aussi belle et intelligente que sera notre stratégie, elle demeurera peu de chose dès lors que ceux pour qui on l’imagine ne répondent pas présents, avec conviction. Alors comment aborder notre « public » ? Nous proposons ici quelques petits repères préalables que nous devrons garder à l’esprit tout au long de la conception de notre projet1.

Consultation de l’Exemplaire de Bordeaux sous vitrine et sur table interactive lors de l’exposition Montaigne Superstar par des lycéens dans le cadre de visites pédagogiques. Photographie par Jessica de Bideran, 2016

Héritage des médias de masse

L’arrivée des médias de masse au début du XXème siècle a placé au devant de la scène deux grandes conceptions du public. Une première approche, quantitative, amène à parler d’un « grand public ». On évoque par là le grand nombre, sa grande variété (pas de critères socio-démographiques déterminés) et son invisibilité. Le grand public c’est tout le monde et personne dans le sens où il reste intouchable du fait de la médiation induite par le média. Cette acception a des incidences sur les contenus que l’on va vouloir accessibles au plus grand nombre, tant au niveau de leur forme (niveau de discours, langage) que de leur fond (sujets idéologiquement neutralisés). Cette recherche des (plus petit et/ou plus grand) dénominateurs communs pour un public que l’on ne connaît pas personnellement, n’est pas absente de l’univers des médias destinés aux enfants. La réduction du public selon un critère âge n’entraîne en effet nullement la disparition de ces contraintes dans la mesure où les producteurs s’adressent toujours à un public indifférencié (âge précis et sexe, milieux sociaux et individualités inconnus) et insaisissable (pas de vis à vis). Ces éléments peuvent d’ailleurs devenir des motifs de censure étant entendu que l’on ne veut pas prendre le risque de « choquer » un enfant méconnu dans son vécu, d’autant moins qu’une spécificité du processus de communication en direction des enfants est l’existence, au niveau de l’achat et/ou de la fréquentation, d’une médiation adulte (parents et plus largement éducateurs) qui veille au grain et que l’on entend (aussi ou surtout) séduire. Communiquer par le prisme de médias participatifs n’enlève en rien la problématique complexe d’un public « impalpable » et le pari central repose bien, dès lors que l’on n’impose pas l’usage du dispositif, sur le point de rencontre entre des jeunes et une offre (encore potentielle).

Une deuxième vision, plus qualitative, pose la question d’un « gros public ». La masse et sa culture (de masse) sont facilement méprisées quand bien même les industries culturelles montrent preuves de leur vitalité non pas seulement économique, mais aussi en terme d’usages (pratiques actives et créatrices, sociabilités construites autour des univers proposés). Histoire de légitimités culturelles qu’il n’y a pas lieu de développer ici mais retenons que le registre du divertissement ne mettant pas (au premier abord) en avant l’aspect éducatif et culturel (au sens classique et étroit), est vite soupçonné de futilité inutile pour la formation culturelle des jeunes. Nous sommes, dans le cadre de ce projet, à l’abri de tels jugements car nous ne parlons pas de téléréalités ou autres séries décriées mais de patrimoine, objet et sujet « nobles » par excellence, quand bien même l’optique retenue (le quotidien d’une femme) puisse-être être jugée moins respectable qu’un long discours panoramique sur des tableaux, monuments et œuvres écrites. Là où les adultes préfèrent l’éducatif (enjeu parental), les enfants adorent le ludique, d’où le succès de l’entre-deux: le ludo-éducatif que nous retiendrons pour mobiliser notre petit public.

Visite de l’exposition Montaigne Superstar par des lycéens dans le cadre de projet pédagogique.
Photographie par Jessica de Bideran, 2016

Le « jeune » public

L’univers des médias destinés aux plus jeunes est classiquement habillé de représentations sociales spécifiques, en lien direct bien sûr avec celles des enfants et des jeunes dans notre société : une image négative et méprisante, héritière de productions enfantines peu exigeantes. Un petit public implique un petit média et une sous culture imprégnée de didactisme, composée d’histoires à l’eau de rose et de récits édifiants. Il est dès lors essentiel de ne jamais imaginer les enfants et les adolescents comme des sous publics mais bien au contraire comme des individus exigeants. Pas plus sots que n’importe qui, aussi critiques que tout le monde, ils sauront faire échec, impitoyablement, à toute proposition qui n’aura pas su saisir leur intérêt mais également et surtout leur inventer et proposer une aventure affriolante. Il est moins question de leur donner ce qu’ils attendent que de créer une péripétie ambitieuse (à l’image d’un public perçu comme curieux), une proposition qui saura les rencontrer.
Si la jeunesse n’est qu’un mot (hétérogénéité de cette catégorie sociale d’âge -la jeunesse appréhendée comme une population- et flou des bornes de ce cycle de vie –la jeunesse prise comme étape de vie), le public jeune l’est tout autant. Nous pouvons difficilement aborder les « jeunes » sans spécifier plus concrètement de qui nous parlons exactement. S’adresser aux collégiens de 5ème et aux lycéens en 2nde permet de mieux éclairer notre population-cœur sans pour autant être catégorique sur leurs attentes et préoccupations qui restent extrêmement variables d’un adolescent à l’autre. Au même titre que les adultes, des considérations individuelles, sociales et culturelles entrent en jeu dans ce que chacun désirera, comprendra et appréciera.

Enfance, adolescence, jeunesse, nous pourrions être tentés malgré tout de découper en classe d’âge précise ces trois cycles de vie, réassurance des repères et définitions arrêtées. Pourtant, nous insisterons plutôt sur les fluctuations individuelles, la construction sociale et la variabilité historique de ces séparations arbitraires ainsi que des passages d’un cycle à l’autre. Nous pouvons d’ailleurs remarquer que l’adolescence, loin d’avoir toujours existé, est un cycle de vie que notre siècle a vu s’étirer par le bas (naissance de la préadolescence) et par le haut (émergence de la post-adolescence). Une envie de grandir vite et une peur de vieillir trop tôt se croisent, et nous permettent d’envisager notre public autrement que purement comme des élèves de 12 ans et 15 ans. Notre stratégie peut toucher des enfants (attirés par les plus grands) et parler à des adultes (qui jouissent de rester jeunes). Ce phénomène d’aspiration est d’ailleurs beaucoup exploité en marketing, secteur où l’on s’adresse souvent à des adultes « post modernes » perçus comme ludiques et régressifs.

Atelier de découverte du patrimoine écrit avec des lycéens dans le cadre de l’exposition Montaigne Superstar.
Photographie par Jessica de Bideran, 2016.

L’approche inter et transgénérationnelle

Au delà de la traditionnelle perspective intergénérationnelle qui repose sur un partage entre jeunes et « vieux » (médiation des éducateurs), au sein de la famille (levier des grands-parents et parents) et du champ scolaire (sensibilisation culturelle), nous pouvons imaginer séduire des adultes intéressés, pour eux seuls, par une aventure transmédiatique quand bien même elle aurait pour cible prioritaire des adolescents. On assiste en effet à une mutation qui permet de dépasser la traditionnelle co-fréquentation collective au sens d’accompagnée : l’émergence d’une nouvelle génération d’adultes (initialement dénommés « adulescents ») qui s’adonne à une assidue fréquentation de produits et médias initialement conçus « pour » les enfants et adolescents, sans complexe. Remettant en cause la coupure monde juvénile vs monde adulte, l’amour des dessins animés, album, jeux vidéo, etc., autant de supports en voie de reconnaissance culturelle et vecteurs de nostalgie (de l’enfance) aiguë, perdure au fil de l’âge. On peut désormais aller au parc Disney en couple ou entre amis mais sans enfants. Amoureux du ludique et de l’immersion, ces adultes sont des « grands » (publics) susceptibles d’adhérer à une exploration bien pensée. Ainsi, au delà du partage (intergénérationnel), se profile le commun (transgénérationnel) que nous pouvons exploiter.

Cette optique transgénérationnelle qui ne divise pas mais réunit les âges et les générations, fait lien avec une approche transmédiatique qui permet d’entrer au mieux dans les coulisses médiévales, de s’immerger au sein d’une fête ou d’un château, de visionner ou de fabriquer des costumes, de lire des poèmes ou jouer avec des personnages célèbres. Mais veillons bien à engager plus que digitaliser car une technologie ne suffit pas à intéresser, quand bien même les adultes nous inventent des enfants et des adolescents « digital natives », automatiquement compétents et forcément en attente de supports numériques. Multiplier les supports médiatiques a du sens si cela permet une exploration multiple et variée d’un univers cohérent et riche, mais certainement pas si le but est bonnement de rendre l’expérience « fun » pour des jeunes imaginés dépendants et forcément attirés par les outils interactifs. L’univers prime et plus encore, l’écho qu’il aura sur les publics quel que soit leur âge car une stratégie communicationnelle de qualité est une stratégie qui saura réunir petits et grands, que les grands rejoignent les petits ou l’inverse. Le pari est gagné lorsque l’on prend tous plaisir à construire un univers ludique et instructif qui nous emporte loin d’ici mais tout près d’Aliénor. Une Aliénor proche (se retrouver en elle) et lointaine (se projeter dans un autre temps), un patrimoine découvert par le prisme de leçons d’histoires (le quotidien et l’ordinaire) plus que d’Histoire médiévale, une narration « augmentée » d’une expérience curieuse, originale et cohérente, enrichie des imaginations juvéniles sollicitées.

En conclusion, il s’agit moins de faire pour eux (intragénérationnel) qu’avec eux (intergénérationnel) et comme eux (transgénérationnel). C’est pourquoi il nous faudra favoriser une étape dialogue avec les collégiens et les lycéens, véritable outil de la co-construction, une collaboration sans concession (ne pas bouder notre plaisir et céder aux facilités) ; sans cela, la proposition peut tourner à vide, aussi sophistiquées soient les plateformes utilisées.

Pour citer cet article : Agnès Pecolo, "Insaisissable public, du transmédia au transgénérationnel," in MediaNum, 10/04/2017, https://medianum.hypotheses.org/255.
  1. Pour des éléments complémentaires sur les publics, on pourra consulter Le dictionnaire encyclopédique et critique des publics auquel ont notamment participé Agnès Pécolo et Myriam Bahuaud. []

Agnès Pecolo

Maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 15/04/2017

    […] Billets à la Une Insaisissable « public » – Du transmédia au transgénérationnel Agnès Pecolo, MediaNum, 10 avril 2017 > https://medianum.hypotheses.org/255 […]

  2. 01/06/2017

    […] des publics au musée. Complétant le billet d’Agnès Pecolo sur notre « Insaisissable public », ce texte propose un cadre de pensée sur les attentes des publics jeunes en terme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *