Montaigne Super Star ou comment faire du transmédia sans le savoir

Crédits_Claudine-Colin_Communication-bibliotheque-Bordeaux-Montaigne-superstar

Déclinaison de la communication visuelle de l’événement Montaigne Super Star réalisées à partir du dessin de Jul.
Crédits Bibliothèque Municipale de Bordeaux – Mairie de Bordeaux, 2016.

Pour inaugurer ce nouvel espace de publication numérique1, nous lançons aujourd’hui une des deux rubriques qui structureront à l’avenir nos différents billets. Sous le titre « Behind the scene » nous souhaitons plus particulièrement rendre compte du processus de réalisation des stratégies transmédiatiques produites et/ou repérées en Aquitaine. Si nous suivrons avec une plus grande attention la production de l’AlienApp, l’application de valorisation du patrimoine aquitain qui accompagnera notre programme de recherche, nous désirons également donner la parole à d’autres acteurs culturels qui se sont engagés dans le montage d’un dispositif transmédiatique afin de mettre en valeur le patrimoine dont ils ont la charge. L’ensemble de ces entretiens nous permettra ainsi de répondre à une série de questions qui sous-tendent MediaNum : Y-a-t-il une spécificité aquitaine dans la valorisation du patrimoine (discours, objets, modèles, etc.) ? Comment les professionnels de la médiation patrimoniale intègrent-ils la logique transmédiatique dans leurs pratiques traditionnelles ? Quelles formes d’appropriation ces logiques engendrent-elles ? Etc.

C’est avec un entretien passé avec Justine Dujardin, conservateur en charge des Fonds Anciens et Patrimoniaux de la Bibliothèque Municipale de Bordeaux, que nous ouvrons cette série2. Cet échange nous permet de découvrir les coulisses de l’événement Montaigne Super Star déjà chroniqué par Florent Favard sur le tumblr et le wiki.

Sept grandes thématiques ont pu être appréhendées au cours de cette discussion :
1. Les origines du projet Montaigne Super Star
2. Les publics visés par le projet Montaigne Super Star
3. Les compétences nécessaires à la réalisation du projet Montaigne Super Star
4. La complémentarité des dispositifs au sein du projet Montaigne Super Star
5. L’exposition au sein de la stratégie transmédiatique de Montaigne Super Star
6. La participation des publics au sein du projet Montaigne Super Star
7. L’extension de la manifestation Montaigne Super Star

1. Avec l’événement Montaigne Super Star, vous avez mis en place une stratégie transmédia extrêmement riche dans ses propositions d’expériences et ses déploiements physiques comme numériques. Pourriez-vous revenir sur l’origine du projet ?

C’est avant tout un projet de site, un projet bordelais, qui aurait pu difficilement se déployer ailleurs tant la figure de Montaigne reste attachée à cette ville. Mais avant même finalement d’avoir arrêté le thème de l’événement, l’objectif était surtout de monter une manifestation patrimoniale d’envergure afin de répondre aux prérogatives de médiation culturelle de la bibliothèque. Rappelons aussi que ce projet a été co-piloté avec Nicolas Barbey, mon collègue également conservateur aux Fonds Anciens et Patrimoniaux. Dans le contexte d’une future ré-ogranisation des services, notre volonté était enfin de faire travailler ensemble les équipes de la bibliothèque. Trouver une problématique commune représentait donc un moyen efficace et pertinent pour faire collaborer les services patrimoniaux avec plusieurs autres départements de la bibliothèque autour d’un thème patrimonial dépassant, justement le patrimoine. Et monter un tel projet, avec son envergure et préparé en amont sur un temps relativement long, s’est effectivement avéré très structurant pour les différents professionnels de la bibliothèque !

Montaigne Super Star est donc un travail d’équipe qui s’est construit à plusieurs selon un commissariat d’exposition assez éloigné du modèle traditionnel. Il ne s’agissait pas en effet de partir de l’objet patrimonial mais de monter une manifestation de bibliothécaires qui s’assume en bibliothèque et animée par des bibliothécaires.

Pour cela, nous avons lancé un appel à idées au sein du département Fonds Ancien et Patrimoine. Plusieurs sujets sont alors remontés : le « Portrait », le « Jeu » et « Montaigne ». La proposition « Jeu » s’inscrit en définitive dans le développement actuel de la bibliothèque et de son réseau puisque le Projet scientifique et culturel de l’établissement rédigé en 2016 en fait un des axes forts des prochaines politiques d’acquisitions et de valorisation culturelle. A côté de cet aspect ludique, la proposition « Portrait » rappelle la richesse des collections iconographiques des Fonds Anciens et Patrimoniaux de la bibliothèque, fonds qui sont malheureusement assez peu valorisés. Choisir « Montaigne » s’est fait en définitive de façon assez naturelle puisque ce thème permettait de valoriser un sujet tout en exploitant des supports iconographique et en mettant en place des supports de médiation recoupant ces notions de « Jeu » et de « Portrait ». Et puis Montaigne représente un sujet fort, un personnage important qui parle aux Bordelais autour duquel nous nous sommes engagés à travailler sur le texte, évidement, mais aussi sur les représentations, le tout dans une orientation volontairement ludique.

A partir de ce vrai fond, intellectuel et bien tangible, la forme de médiation restait à construire. Il s’agissait plus particulièrement d’aller au-delà de Montaigne et de présenter, n’ayons pas peur des mots, un véritable manifeste sur les façons dont on peut faire vivre le patrimoine écrit aujourd’hui au sein de l’espace public. Construire une proposition de valorisation patrimoniale différente pour les publics imposait de sortir du traditionnel discours didactique et d’une interprétation descendante produite par les seuls bibliothécaires détenant le savoir pour définir une offre de médiation rendant Montaigne accessible à tous.

Il convenait donc de forcer le trait en employant, à dessein, des moyens et médiums très contemporains, très datés « 2016 ». Cette remise en époque qui élabore différentes façons de parler du patrimoine aujourd’hui se revendique comme une approche décomplexée et ouverte de cet objet complexe à conserver mais aussi et surtout à dévoiler aux publics, le patrimoine écrit.

Retour au sommaire

2. Puisque les publics semblent être au centre de vos préoccupations premières, pouvez-vous nous indiquer les publics que vous souhaitiez toucher en priorité avec le dispositif Montaigne Super Star?

Notre souhait initial était, évidemment, de toucher le public le plus large possible. Au département Patrimoine de la bibliothèque, nous ne disposons pas en réalité de publics « captifs » ou « réguliers ». Sorti des chercheurs et scientifiques qui viennent travailler dans nos salles pour consulter des manuscrits ou codex rares, le patrimoine écrit ne fait pas parti des objets patrimoniaux disposant d’un noyau dur d’amateurs. Mais viser le fameux « grand public » ne nous paraissait pas pour autant judicieux car, à vouloir viser tout le monde, on touche généralement personne.

Nous sommes donc partis de nos usagers, les gens qui fréquentent la bibliothèque pour ramener des livres, pour accompagner leurs enfants, les étudiants qui viennent travailler dans nos salles et les jeunes adultes qui consultent les différents ouvrages que propose la bibliothèque, etc. C’est pourquoi d’ailleurs l’exposition peut se visiter de façon assez rapide ! L’idée derrière cette manifestation était de toucher un public qui, a priori, ne s’intéresse pas au patrimoine écrit, pour qui le patrimoine écrit semble être un objet très lointain, voire très ennuyeux…

Retour au sommaire

montaigne_superstar_2

Campagne d’affichage de l’événement Montaigne Super Star.
Crédits Bibliothèque Municipale de Bordeaux – Mairie de Bordeaux, 2016.

3. Pour mener à bien ce vaste projet, avez-vous fait appel à des compétences extérieures et si oui, de quel type ?

Comme je l’ai déjà signalé, l’ensemble de la manifestation a été supervisé par Nicolas Barbey, pour l’aspect programmation, et moi-même pour l’aspect exposition. Et comme il s’agissait de monter un projet fédérateur réunissant l’ensemble des bibliothécaires, nous avons essayé au maximum d’utiliser les savoir-faire internes. Par exemple, et parce que nous voulions développer assez fortement la dimension multimédia, nous avons pu bénéficier des compétences audiovisuelles de Nicolas qui, en plus de son métier de conservateur, est également réalisateur. C’est lui qui a ainsi mené les entretiens, a assuré la captation des interviews et a monté enfin les vidéos pour leur mise en ligne ou leur insertion dans les dispositifs scénographiques avec le concours du régisseur Roland Lanoë, lui aussi expert en matière de montage et de son. La scénographie de l’exposition a, justement, été également réalisée en interne grâce au département des Fonds Anciens et Patrimoniaux et aux savoir-faire du service Action culturelle; assistée de nos connaissances en conservation du patrimoine écrit, cette équipe a pu imaginer et réaliser une mise en forme originale qui respecte les œuvres papiers exposées.

Pour autant le point de départ signifiant de cette manifestation volontairement originale, c’est le dessin de Jul. Celui-ci s’était déjà attaqué à la figure de Montaigne dans sa série La planète des sages, sorte d’encyclopédie savante et atypique éditée chez Dargaud aux côté de Charles Pépin. A partir de cette première expérience, Jul a accepté de réaliser pour nous un dessin inédit et exclusif sur lequel il a représenté Montaigne en super héros. Toute la communication a ensuite découlée de ce dessin qui offre une image plus que décalée de ce personnage historique. Le graphisme des différents visuels a d’autre part été produit par l’agence Poaplume et la stratégie de la communication a été mise en œuvre par les services dédiés de la Mairie de Bordeaux.

Pour la création du jeu de cartes, enfin, nous avons ici dû faire appel à des spécialistes du gameplay. Pour cela nous avons pu être aidés par des étudiants de l’IUT Bordeaux Montaigne suivant le parcours GAL, c’est-à-dire « Gestion et Animation des Ludothèques ». Le projet tuteuré mis en place nous a notamment ouvert les portes du monde du jeu bordelais, un milieu extrêmement riche réunissant associations de joueurs et réalisateurs. Nous avons ainsi pu tester et faire évoluer le cahier des charges du jeu réalisé par Serge Comba de la société Ludocom. Cette société avait l’avantage d’avoir déjà travaillé sur un mécanisme de jeu similaire autour de la figure de Corto Maltesse. C’est ainsi qu’est né ce jeu de cartes qui permet de voyager avec Montaigne en Europe. Cette création nous a permis d’autre part de valoriser de façon originale les fonds patrimoniaux de la bibliothèque puisque tous les visuels exploités sont extraits de nos collections iconographiques.

Retour au sommaire

4. Tel Monsieur Jourdain, vous avez fait du transmédia sans le savoir… Dès lors, la question qui nous taraude est de savoir comment vous avez réussi à élaborer une stratégie transmédiatique où tous les dispositifs de médiation semblent complémentaires ?

La page Facebook, le blog, les visites théatralisées et autres Murder Party prouvent qu’à la base de notre réflexion se trouve le désir de créer une manifestation et non seulement une exposition, même si l’avantage du dispositif « exposition », c’est qu’il renvoie à une pratique connue et maîtrisée par les publics. D’autant plus que nous conservons dans nos fonds l’exemplaire de Bordeaux, c’est-à-dire un exemplaire des Essais daté de 1588 et retravaillé par Montaigne lui-même qui a multiplié dans les marges les corrections et additions de sa main3. La mise en place de cette manifestation a donc permis d’accélérer la numérisation de cet ouvrage exceptionnel dont l’exposition pouvait représenter un argument fort pour un certain nombre de gens4. Mais soyons clairs, le but n’était pas seulement d’exposer l’exemplaire de Bordeaux ; il existe tout un ensemble patrimonial autour de Montaigne que nous conservons et que nous voulions valoriser avec cette interrogation comme fil conducteur : comment faire une manifestation d’aujourd’hui avec du papier et de l’écrit d’hier ?

Pour répondre à cette question en créant une opération de valorisation patrimoniale visible, cohérente et structurante nous avons, là encore et une fois la thématique validée, fait appel aux collègues du réseau des bibliothèques de Bordeaux pour faire remonter des propositions de médiation. Tous les bibliothécaires pouvait proposer des animations selon un cahier des charges extrêmement simple : proposer des actions créatives, interactives et ludiques.

En fonction de ses propres réseaux et expériences, chaque bibliothèque a ainsi remonté des éléments finalement assez complémentaires : la création de jeux de rôle et Murder Party, des cafés littéraires animés par la compagnie On the road à laquelle appartient également l’acteur et guide-conférencier qui réalise les visites théâtralisées, etc.

Ça, c’est pour ce qui concerne les dispositifs de médiation in situ. Pour les dispositifs en ligne, nous souhaitions depuis longtemps investir les réseaux sociaux et nous avons pu pour cela avoir recours aux compétences en community management de la mairie de Bordeaux. Le profil facebook de Michel de Montaigne aka Superstar a ainsi été pensé indépendamment de l’exposition car il permettait, bien avant le début de la manifestation, de commencer à communiquer sur le projet et de réagir, de façon détournée, sur l’actualité. Grâce à cette nouvelle temporalité, nous avons pu préparer le terrain et proposer des contenus difficiles à diffuser par des moyens de communications plus traditionnels5. Le blog, quant à lui, est né du constat que le portail officiel de la bibliothèque ne permettait pas d’accueillir un projet d’une telle ampleur réunissant autant de médias, contenus, et entrées, à l’image du rallye bordelais autour de Montaigne accessible en ligne grâce à une carte interactive. Ici encore, ce blog, qui est en réalité plus un site qu’un blog car le récit y est figé et non chronologique, a été développé par plusieurs collègues bibliothécaires à partir du CMS WordPress. Sa création répond à une volonté de la bibliothèque qui souhaite développer, grâce à son service Communication, la médiation numérique. Sur la chaîne Youtube, enfin, nous diffusons les vidéos que l’on retrouve au sein de l’exposition et du blog mais dans leurs versions longues.

Car c’est une des caractéristiques de cette manifestation : pour chaque dispositif nous avons produit des contenus spécifiques. Cet énorme travail de scénarisation et de répartition de l’information est l’aboutissement de plusieurs années de recherche et de formation au sein du service patrimoine sur l’éditorialisation du web. Il y a donc eu une véritable montée en puissance des savoir-faire des collègues qui se concrétise désormais dans un pôle patrimoine multitâches.

Retour au sommaire

cropped-montaigne_blog_pagelexposition

Montaigne en Super Héros vu par Jul. Crédits Bibliothèque Municipale de Bordeaux – Jul, 2016.

5. Dans les différents projets de valorisation du patrimoine exploitant une stratégie transmédiatique que nous avons pu étudier dans la première phase de notre projet de recherche, le transmédia permet surtout de parler de l’exposition, dans une logique essentiellement communicationnelle. Cela ne semble pas le cas ici ; comment avez-vous établi votre propre stratégie ?

Dans un musée ou un site historique, tout part et aboutit à l’exposition patrimoniale ; tous les métiers sont organisés autour de l’exposition selon une logique de l’objet. En bibliothèque, du moins dans les bibliothèques de lecture publique, c’est la logique du public qui prime. L’activité se structure autour de l’accueil des usagers et il nous semblait important que le patrimoine écrit soit présenté comme un ensemble documentaire parmi d’autres. Replacer les Fonds Anciens et Patrimoniaux au cœur de l’activité de la bibliothèque publique est toutefois complexe car si le patrimoine est séparé du reste des collections c’est du fait de sa grande fragilité. C’est ici que le numérique intervient : il est évident que les grandes politiques de numérisation et les outils actuels de valorisation re-dynamisent le patrimoine écrit qui est, de fait, difficilement accessible en « vrai ».

C’est pourquoi les différents dispositifs que nous avons imaginés parlent non pas de l’exposition en elle-même mais expérimentent différentes manières de parler de l’objet patrimoine écrit. C’est son appropriation par nos publics qui a été au cœur de nos préoccupations.

Retour au sommaire

6. Le public étant au cœur de vos réflexions justement, comment avez-vous appréhendé sa participation ? Quelle forme de collaboration avez-vous envisagée?

La dimension collaborative est malheureusement le seul élément qui ne fonctionne pas réellement ; le dispositif créé ayant du mal à trouver de l’écho et son public. En fin de conception, et avec l’aide d’étudiantes de la filière « Communication » de l’IUT Bordeaux Montaigne, nous avons en effet imaginé un concours de selfies à réaliser au sein de l’exposition, ces derniers venant compléter la galerie de portraits visible au sein de ce parcours. Si l’idée reste selon moi bonne, les moyens alloués à sa mise en œuvre sont encore trop modestes. Pour fonctionner, le participatif doit être accompagné et ce n’est malheureusement pas le cas ici par manque essentiellement de temps et de ressources humaines.

En revanche, au sein de l’exposition nous avons souhaité inciter à la discussion entre visiteurs et les différents personnels qui sont sur place, qu’il s’agisse de guides, de médiateurs ou d’agents de surveillance, jouent le jeu en provoquant bien souvent ces échanges. En allant à leur rencontre, ces personnels, qui représentent parfois les seules figures de l’institution que les publics vont rencontrer au cours de leur visite, sont non seulement capables de répondre à leurs questions mais aussi de créer des médiations réciproques6, c’est-à-dire des discussions et échanges qui s’établissent entre les groupes de publics.

Retour au sommaire

7. Pour conclure cet entretien, avez-vous imaginé une extension à cette manifestation et si oui laquelle ?

Dans le cadre de l’exposition nous souhaiterions mettre à disposition une bibliobox7, c’est-à-dire un système permettant de proposer aux publics des bouquets numériques de contenus. Cette sélection numérique serait proposée au téléchargement à tout visiteur passant à proximité et équipé d’une tablette ou d’un smartphone sur lesquels le Bluetooth est activé. Ainsi tout le parcours de l’exposition, les documents exposés sur place ou en ligne mais aussi les métadonnées associées pourraient théoriquement être diffusés dans une sorte de catalogue d’exposition augmenté et dématérialisé.

Mais les questions de structuration informationnelle et d’organisation de contenus restent importantes et nous sommes actuellement en train de plancher sur la programmation de ce point d’accès supplémentaire qui mixerait les contenus.

Enfin, et maintenant que nous disposons de quatre prototypes qui sont expérimentés durant le temps de l’exposition, nous souhaiterions commercialiser le jeu de cartes grâce, notamment, au financement participatif. La distribution de cet objet, au sein des boutiques de musées par exemple, permettrait sans doute d’attirer de nouveaux publics dans la bibliothèque…

Retour au sommaire

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "Montaigne Super Star ou comment faire du transmédia sans le savoir," in MediaNum, 04/11/2016, https://medianum.hypotheses.org/35.

 

  1. Rappelons que le carnet de recherche MediaNum complète et enrichit deux autres espaces de publication en ligne : le tumblr et le wiki de MediaNum. []
  2. Nous remercions d’ailleurs sincèrement Justine Dujardin pour les quelques heures qu’elle nous a accordées lors de cet entretien et des échanges qui ont suivi. []
  3. Voir l’édition numérique de cet ouvrage réalisée par dans le cadre du projet recherche MONLOE – Programme ANR CORPUS 2012 (ANR-12-CORP-0003-01). []
  4. Voir l’ouvrage numérisé dans Gallica et une analyse du processus d’écriture de Montaigne sur le blog de Gallica. []
  5. Au moment de l’entretien, le profil compte 600 fans et touche visiblement un public de jeunes adultes féminines (18-34 ans). []
  6. A ce sujet, on pourra consulter : Daniel Jacobi et Yves Jeanneret, 2013. « Du panneau à la signalétique : lecture et médiations réciproques dans les musées », Culture et muséesHors-série, p. 47-72. []
  7. Voir : http://bibliobox.net/ []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l'université Bordeaux Montaigne et est membre de l'équipe MICS du LERASS de l'université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *