Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

Alors que le dispositif narratif et médiatique construit par l’équipe MediaNum, Les Voies d’Aliénor, entre dans sa phase d’expérimentation auprès des publics scolaires, ce billet de Pascale Argod1 permet de faire un point sur un type précis de support que pourront co-produire les enseignants et leurs élèves afin de remplir les béances narratives que nous avons volontairement laissées vacantes. Le carnet de voyage propose en effet une forme de récit, qui peut se déployer sur support numérique ou non numérique, et être exploitée pour mettre en scène une narration spatialisée, permettant ainsi aux élèves engagés dans cette réalisation de s’approprier l’histoire d’Aliénor et le territoire de la Nouvelle Aquitaine dans une démarche de médiation patrimoniale…

Le carnet de voyage comme support d’une médiation patrimoniale et culturelle

Le carnet de voyage peut être défini comme le récit biographique d’un déplacement où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, comme le récit pictural d’une découverte témoignant de la place du voyageur. Ce récit se caractérise par la quête informationnelle entreprise (thème, découverte, finalité), l’expression médiatique employée (technique, image, écriture, rapport texte-image) et l’intention communicationnelle (cible et regard). En s’emparant du carnet, artistes-voyageurs, carnettistes numériques, auteurs de bandes dessinées, journalistes, réalisateurs et producteurs d’émissions télévisées et radiodiffusées n’ont, de fait, de cesse de le faire évoluer. Diversité des techniques, variété des points de vue, multiplicité de thématiques…, le carnet se décline aujourd’hui selon une vaste typologie dominée par le reportage, la démarche patrimoniale et la création multimédia.

Les carnets à vocation patrimoniale valorisent donc pour leur part des sites, des hauts lieux du patrimoine et des traces du passé ; ils participent dès lors d’une forme originale de diffusion d’une mémoire locale et/ou spatialisée. Ainsi, ils peuvent se décliner en carnet de patrimoine régional, carnet d’architecture, carnet de mémoire, carnet ethnographique, carnet interculturel, carnet d’expédition culturelle, carnet d’itinéraire, carnet urbain, carnet d’archéologie, carnet de géologie, carnet naturaliste, carnet de cuisine et de saveurs…2 Or, il nous paraît pertinent de croiser l’ensemble de cette typologie au sein de la stratégie transmédia Les Voies d’Aliénor qui, rappelons-le, cherche à valoriser le patrimoine « médiéval »3 de la Nouvelle Aquitaine à travers une proposition de narration sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine. Il s’agit donc d’inciter les publics, ici par exemple des enseignants et leurs élèves, à créer leur propre itinéraire sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine, au fil de son histoire qu’ils découvriront peu à peu, et des ressources patrimoniales rencontrées au cours de leur découverte et que recèlent notamment les monuments historiques et les musées du territoire.

Carnet de Voyage d’Eugène Delacroix, notes d’une journée au Maroc, 1832. Photographie par Rama, Wikimedia Commons, Cc-by-sa-2.0-fr.

Usage du transmédia storytelling dans la communication patrimoniale et pratique du carnet de voyage

Comme le rappelle les précédents billets de ce carnet, le projet construit par l’équipe MediaNum consiste à élaborer une stratégie de communication se déployant dans un double registre, narratif (contenus historiques, patrimoniaux, territoriaux, etc.) et figuratif (expression et supports médiatiques) afin de valoriser des lieux et sites néo-aquitains à partir d’un récit biographique, celui d’Aliénor. Le récit « mythologique » ainsi développé a pour but de lier un imaginaire touristique et historique et d’inciter au voyage réel de la découverte des sites… Ainsi, le projet Narrations sérielles et transmédialité mené au sein du Centre d’études et de recherches comparatistes (CERC) de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 a posé la problématique du transmédia comme une activité d’appropriation : « Les spectateurs sont invités à s’approprier l’œuvre par le biais de dispositifs qui transforment la narration en une mosaïque ou un puzzle dans lesquels on peut entrer de différentes manières […]. Aussi les productions transmédia ouvrent des voies qui ne sont pas encore complètement explorées, entre ouverture et fermeture de l’univers fictionnel, entre narration et exploration d’une diégèse, entre mise en action et investissement des spectateurs/lecteurs. »

A cet appel à la co-production est généralement associé le déploiement de la narration, soit une histoire dont les chapitres sont diffusés sur différents médias (TV, Cinéma, Web, Mobile, etc.). Citons ainsi la démarche de l’artiste Karen Guillorel qui a reçu le Prix du carnet de voyage numérique de Vidéoformes en novembre 2011 lors des Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand pour sa création Je sakura, Japon, une bande dessinée auto-fictionnelle qu’elle souhaitait alors prolonger par un développement transmédia, défini selon elle comme « la possibilité de créer un puzzle narratif gigantesque dont les différents éléments sont racontés sur plusieurs médias qui se répondent et sont à la fois des histoires en soi mais participent à un échafaudage narratif plus vaste. On peut ainsi raconter de grandes histoires, des épopées et s’exprimer par des médias très différents. On revient à l’ère des conteurs grâce au transmédia… »4

Mais avant ce renouvellement numérique, le genre « carnet de voyage » faisait déjà l’objet de développement médiatique, dans le cadre par exemple d’exposition-installation des littératures graphiques5. La collection Terres d’histoire de Renaudel Multimédia initiée de 2000 à 2005 sous la direction de Pierre Pommier proposait ainsi la réalisation d’un carnet de voyage sur les Cyclades et sur l’Ile de Gorée6. En 1999, j’ai pour ma part réalisé pour le Centre Culturel Saint-Exupéry de Reims un cédérom intitulé Sur les traces de Marco Polo accompagné d’un jeu multimédia Vous êtes le héros Marco Polo mis en pratique au sein du collège de Verzy7. C’est cette notion de « conteur », ou plus exactement de troubadour numérique dans le cas de notre projet, qui peut être selon nous l’axe de développement pertinent permettant de conjuguer narration augmentée et participation des publics ; mais comment faire dès lors de ces publics des conteurs de leurs propres expériences ?

Carnet de voyage du général Léon de Beylié en Irak, 1907 (Musée de Grenoble). Photographie Wikimedia Commons CC0.

Réaliser des carnets de voyage imaginaires et historiques, quelques propositions…

A partir et autour des contenus déjà proposés par « Les Voies d’Aliénor », plusieurs pistes peuvent ainsi être suivies par les classes engagées dans cette expérimentation et mises en projet à partir d’outils numériques. Des recherches informationnelles sur le web et sur le terrain à travers des sorties et découvertes de lieux patrimoniaux médiévaux permettraient ainsi de raconter différentes histoires, comme autant d’expériences vécues par les classes, et qui viendraient enrichir la stratégie globale en apportant de nouvelles informations sur les XIIe – XIIIe siècles, Aliénor, l’Aquitaine au Moyen Âge, etc. Nous formulons ici quelques axes thématiques, loin toutefois d’être exhaustifs…

Vers l’Orient

1- Carnet de pèlerinage et/ ou de croisade (Constantinople – Antioche – Jérusalem) / apports culturels et faits d’armes
2- Carnet de recettes de cuisine médiévale et/ou orientale (à partir, par exemple, des ingrédients venus d’Orient comme les épices, les amandes, les aubergines, etc.) et évocation de la cuisine de l’Abbaye de Fontevraud.

Sur le commerce

3- Carnet des échanges Orient (Constantinople) – Occident (Provins ou Venise)
4- Carnet de commerce sur le vin (le clairet de Bordeaux) à partir du vase d’Aliénor en cristal de Roche (rapporté d’Orient et conservé au Louvre)

Sur les arts

5- Carnet de patrimoine sur l’art roman (Charente) et/ou présentant l’art des émaux (Limoges)
6- Carnet des couleurs dans l’art médiéval (vitraux, sculpture, architecture, émaux, costumes, ameublement, etc.)
7- Carnet du troubadour (en Occitan, musique et paroles, voir Bertrand de Ventadour) et sur l’amour courtois né en Aquitaine au XIe s (sous la plume de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine, grand père d’Aliénor).
8- Carnet de remèdes de l’Abbesse Hildegarde de Bingen (1098-1179)

Sur le pouvoir

9- Carnet des sacres et du pouvoir (Cathédrales St-André de Bordeaux, Basilique St-Denis, Westminster de Londres, Abbaye Royale de Fontevraud, Château Gaillard, etc.)
10- Carnet de légendes (mythe du héros personnifié) sur les lieux de Sainte Radegonde en France (inspiration d’Aliénor) et du Roi Arthur en Angleterre (inspiration d’Henri II)
11- Carnet de guerre et de batailles (voir les conquêtes d’Henri II ou Edmond d’Antioche et les armes utilisées).

Carnet intitulé « A pictoral Journey USA, 2012 », contenant des notes et croquis d’un voyage au Nevada et en Arizona, ainsi que des notes et croquis préparatoires, relatifs au Dialogue with Rothko de Carolyn Carlson (BnF). Domaine public.

Itinéraires et formes possibles d’un carnet de voyage relatant les aventures d’Aliénor d’Aquitaine

Si les propositions ci-dessus font des élèves les conteurs de leurs propres découvertes, il est également envisageable de demander aux élèves d’incarner Aliénor d’Aquitaine et ainsi de rédiger un carnet à la première personne. Katy Bernard nous a ainsi proposé deux itinéraires attestés par les archives et permettant d’évoquer deux moments particuliers de la biographie d’Aliénor :

1- Soit l’itinéraire de la captivité d’Aliénor (suite à sa révolte contre Henri II, depuis sa capture à la citadelle de Blaye et dans diverses forteresses anglaises)
2- Soit l’itinéraire suivi par Aliénor en Aquitaine pour soutenir l’accession au trône de Jean Sans Terre après la mort de Richard Cœur de Lion

D’autres cheminements sont évidemment possibles, au fil des recherches informationnelles menées par les élèves et à partir de la biographie d’Aliénor d’Aquitaine…
3- Repérer les lieux sur une carte et réaliser une carte de l’Aquitaine vue par Aliénor
4- Collecter dans les musées ou sur les sites les ressources qui attestent du passage d’Aliénor d’Aquitaine (vitraux, émaux, peintures murales, etc.)
5- Créer un jeu de conquête des terres combinant un jeu de plateau exploitant les cartes personnages et l’arbre généalogique (sur le modèle du jeu de société « Paris 1800 »)
6- Relater le témoignage vécu d’une fête médiévale ou d’un événement lié au Moyen Âge
7- Scénariser l’itinéraire sous la forme d’un jeu de rôle ( sur le modèle « je suis Aliénor et souhaite préserver mes terres d’aquitaine ») en faisant découvrir par un jeu de questions la suite des évènements vécus par Aliénor d’Aquitaine et les termes hérités du XIIe siècle (« payer en espèces » par exemple ou de l’Occitan….)

8- Etc.

Dans tous les cas, ces multiples récits possibles doivent se développer au travers de diverses formes médiatiques où l’image reste essentielle… Quelle forme graphique et numérique la narration peut-elle dès lors prendre et comment la donner à voir sur le web pour que d’autres publics s’en emparent ? Nous soumettons ici encore quelques pistes de réflexion et quelques usages possibles d’outils numériques, à développer et à ajuster au projet…

Si l’usage des blogs et des réseaux sociaux a rendu naturelle la technique de « scroll-telling » permettant de construire un récit numérique sur une seule page web en le déployant verticalement sur sa longueur (soit en « scrollant » la page), d’autre outils peuvent être utilisés pour développer un contenu narratif et figuratif exportable ensuite sur d’autres sites.

1- Atavitz propose ainsi des usages scolaires pour écrire, designer et publier une histoire.
2- RacontR permet de créer gratuitement et sans code un récit interactif publiable ensuite sur n’importe quel site web.
3- Prezi, pour sa part, permet de présenter des diaporamas animés dynamiques et peut être détourné pour créer un récit qui se déploie en profondeur.
4- Plusieurs outils permettent de créer des cartes narratives, tels Storymap (Open source) et StorymapJS.
5- Thinglink permet de créer des images interactives intégrables là aussi sur une page web.
6- Bookcreator est un outil permettant la création d’un livre éditable en version numérique et papier.
7- Pixton permet de réaliser une bande dessinée sans faire un seul dessin.
8- Padlet est outil collaboratif en ligne qui permet de créer et de partager des murs virtuels.
9- Gloster est une plate-forme de création d’affiches interactives en ligne avec une interface simple.
10- Fold est une pate-forme de publication d’histoires multimédias modulaires.
11- CreaDONA donne aux élèves la possibilité de créer et partager simplement leurs histoires, en faisant usage de divers médias (images, illustrations scannées ou importées, textes, sons et voix).
12- Pictogon permet de rendre une image interactive.

Pour citer cet article : Pascale ARGOD, "Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique," in MediaNum, 25/10/2017, https://medianum.hypotheses.org/419.
  1. Pascale Argod est PRCE à l’ESPE d’Aquitaine ; elle est engagée sur différents projets pédagogiques et auteure du blog scientifique Carnet de voyage – reportage. []
  2. Pour un aperçu de la diversité de ces carnets, voir l’ouvrage suivant : Argod, Pascale. (2014) : L’art du carnet de voyage. Paris : Alternatives – Gallimard. []
  3. Si nous l’employons par simplification, notons que cette appellation mériterait en soi d’être interrogée plus longuement. Disons simplement ici que nous entendons par « patrimoine médiéval » tout objet néo-aquitain produit aux XIIe – XIIIe siècles ; il peut donc s’agir de monuments, de documents, de collections muséographiques, etc., mais aussi de patrimoine immatériel, tels des itinéraires et des parcours. []
  4. Entretien réalisé par Pascale Argod à partir de l’interview de Karen Guillorel en décembre 2011 intitulé : « Karen Guillorel, artiste transmédia et d’arts numériques : de la narration du voyage vécu au voyage virtuel ». Sur le carnet de voyage numérique, voir par exemple : « Le carnet de voyage numérique à distance : vers un espace partagé de création ou vers un voyage virtuel ? », Journée d’études Création(s) à distance : Quand le numérique offre de réelles possibilités, MISHA de l’Université de Strasbourg, 19 avril 2012. []
  5. Voir par exemple Enki Bilal et Goscinny, François Schuiten et Benoît Peeters. []
  6. Voir l’article « Carnets de mémoire », publié dans la revue InterCDI, n°190, p. 74 à 79. []
  7. Voir l’article « CDI et Culture de la paix », publié dans la revue InterCDI,n°169, p.11-19 et « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages », publié dans la revue InterCDI, n°177, p. 17-23. []

Pascale ARGOD

PRCE de Documentation, qualifiée en 71e section, MICA de Bordeaux-Montaigne

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12/11/2017

    […] Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique […]

  2. 12/11/2017

    […] Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *