Transmédia et scénarisation pédagogique, retour sur les ateliers P@trinum

Dans le cadre de la première formation P@trinum organisée par Médiaquitaine avec le soutien de la DRAC Nouvelle Aquitaine, de la DAAC de Bordeaux et de l’ESPE d’Aquitaine, Mélanie Bourdaa et moi-même avons animé un atelier intitulé « Faire construire une narration transmédia à des élèves ».

Destiné à des enseignants et à des bibliothécaires, ce stage de deux jours avait pour but l’acquisition d’une méthodologie globale permettant de monter des projets collaboratifs et pédagogiques qui débouchent, dans le cadre de l’Education Artistique et Culturelle (EAC), sur des productions numériques. Comment concilier expérience sensible et usage du numérique? Comment faire collaborer enseignants et acteurs culturels (bibliothécaires, personnels des musées, des archives et de sites patrimoniaux, etc.)? Comment appréhender l’écosystème complexe de l’EAC? Autant de questions qui ont permis aux différents acteurs réunis de réfléchir ensemble aux divers emboîtements de médiations en jeu dans ces pratiques culturelles et pédagogiques…

Répartis en deux groupes de travail, un sur l’indexation collaborative1 et le second sur la narration transmédia, les stagiaires ont avant tout travaillé sur l’apprentissage de la démarche à mettre en œuvre pour co-construire un projet EAC impliquant médiation numérique, rencontre culturelle et objectifs pédagogiques. Si deux groupes ont travaillé sur Les voies d’Aliénor, projet intrinsèquement conçu pour accueillir des volets narratifs supplémentaires – les fameuses béances narratives dans lesquelles peuvent s’engouffrer les publics2 – un groupe a choisi de s’emparer des ressources numériques accessibles depuis le site Mauriac en ligne3.

Les « multiples visages de Mauriac », projet fictif présenté en fin de stage par 3 enseignantes et 2 professionnels de structures culturelles, propose donc une découverte de François Mauriac, de sa personnalité, mais aussi de son oeuvre et de ses « lieux de mémoire » aquitains4. Mis dans une posture d’enquêteur, les élèves sont ainsi placés dans une démarche d’investigation (la recherche d’information) qui, combinée à des rencontres et des visites, les amène à produire un journal d’enquête éclaté sur différents médias.

Débouchant donc sur une réalisation concrète retraçant et synthétisant cette enquête, le scénario est orienté sur un « Mauriac résistant », le cœur du projet s’articulant autour d’une interview fictive permettant d’appréhender la période où l’auteur n’écrit plus dans les journaux car la France est occupée et les organes de presse surveillés et censurés (1941 à 1944). C’est un moment parfait pour la recherche d’information et pour la mise en oeuvre de projets pluridisciplinaires car il permet d’éclairer à la fois l’oeuvre journalistique de François Mauriac mais aussi des sujets historiques importants et documentables à travers d’autres ressources en ligne. La production finale est, assez logiquement, orientée vers un format journalistique (le tract, le journal, l’interview, etc.). La timeline ci-dessous, imaginée en quelques heures5, présente le scénario élaboré par le groupe de stagiaires, chaque consigne correspondant à une étape narrative dans la stratégie transmédia, une demande productive – et donc un média – et une avancée dans les connaissances assimilées.

Au terme de ces deux jours de réflexion et de travail, nous avons pu constater que tous les projets imaginés par les stagiaires cherchent à la fois à impliquer les élèves dans une narration (historique, patrimoniale, artistique, etc.) tout en leur permettant d’éprouver des compétences de type info-littéraciques en contexte numérique6 et en contexte extra-scolaire (les rencontres sur le « terrain » avec des professionnels et des artefacts patrimoniaux sont ainsi au cœur des projet EAC).

Au-delà de ce premier constat, cette proposition montre également que le principe de la narration transmédia s’adapte non seulement parfaitement bien à la scénarisation pédagogique, pratique exploitée de longue date par les enseignants, mais aussi à la médiation patrimoniale puisqu’il facilite l’appropriation de corpus numériques par des publics impliqués et mis en situation d’activer les informations dont ces derniers sont porteurs. Loin d’être de seuls « artefacts muets »7, ces derniers sont en ainsi remis au centre d’une activité de production qui n’est pas sans rappeler cette exhortation de Bruno Bachimont à propos des archives numériques que nous ne cessons de produire :

« Préserver, c’est ne pas arrêter de se raconter des histoires. Et transmettre, c’est associer nos héritiers aux histoires que nous racontons. Ce ne sont pas seulement les destinataires de nos archives, mais nos auditeurs à qui nous racontons le sens de nos archives. »8.

  1. Pour en savoir plus sur le déroulé du stage, voir le site P@trinum et ce compte-rendu. []
  2. Voir à ce propos ce billet. []
  3. Le projet Mauriac en ligne a en effet intégré le portefeuille d’actions EAC depuis l’année 2016 ; voir cette fiche action sur le site P@trinum. []
  4. On peut faire rentrer dans cette catégorie non seulement sa demeure, aujourd’hui Centre François Mauriac de Malagar, mais aussi les traces de l’écrivain dans Bordeaux ou encore les collections patrimoniales conservées aujourd’hui en Aquitaine, à la Bibliothèque Municipale de Bordeaux notamment… []
  5. Nous tenons d’ailleurs ici à remercier Johan Iriart, Chargé de projet web et de médiation culturelle au Rahmi, pour son accord à la publication de celle-ci. []
  6. A ce sujet, voir par exemple : Cordier, Anne (2014). Pour un regard translittéracique sur l’éducation à l’information. Colloque international Les « Éducations à »: un (des) levier(s) de transformation du système éducatif?, Rouen, France, 17-19 novembre 2014. Pour une réflexion liant transmédia et translittératie, voir notamment : Bideran, Jessica (de) et Bourdaa, Mélanie (2017). Quand les experts du patrimoine s’emparent du transmédia storytelling, Communication et organisation, 51, p. 43-54. []
  7. Gefen Alexandre (2015). Les enjeux épistémologiques des humanités numériques, Socio, 4, p. 61-74. []
  8. Bachimont, Bruno (2010). La présence de l’archive : réinventer et justifier, Intellectica – La revue de l’Association pour la Recherche sur les sciences de la Cognition (ARCo), Association pour la Recherche sur la Cognition, 53-54, p.281-309 . []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement chercheur post-doctoral au sein de l’université Bordeaux Montaigne et est membre de l’équipe MICS du LERASS de l’université de Toulouse. Elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental documentaire, etc.)…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bahuaud Myriam dit :

    Je trouve ce CR passionnant. La timeline réalisée sur Mauriac est très prometteuse. J’ai hâte de découvrir ce que les enseignants et les élèves pourront co-construire autour des Voies d’Aliénor. Bravo aux formateurs et aux participants! Reste évidemment à questionner les élèves à la fois en termes d’acquis pédagogiques, d’usages de l’ensemble de ces supports, de leur ressenti et de leur retour d’expériences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *