« Angoulême-Dakar », un parcours d’exposition transmédiatique

Après plusieurs mois de silence, qui s’expliquent par l’expérimentation que nous avons menée cette année sur les publics scolaires et qui nous a obligé à nous rendre régulièrement sur le terrain afin de récolter des données que nous sommes actuellement en train d’analyser1, le blog MediaNum reprend aujourd’hui du service avec un nouvel entretien… Parallèlement à ce travail de terrain, nous avons en effet poursuivi l’enquête régionale nous permettant d’identifier de nouveaux projets de médiation culturelle s’appuyant sur les logiques du transmedia strorytelling. C’est dans ce contexte que nous avons repéré un projet réalisé en 2013 au Musée d’Angoulême à l’initiative d’Emilie Salaberry, attachée de conservation et responsable des collections extra-européennes au sein de cette structure. L’intérêt de ce projet est double pour notre équipe : il nous permet non seulement de réfléchir à la façon dont les musées, établissements patrimoniaux que nous n’avons pour l’instant pas rencontrés à travers MediaNum, peuvent intégrer ce type de réflexions en repensant leurs logiques de mise en exposition2, mais aussi de dépasser le territoire de la Nouvelle-Aquitaine pour observer les difficultés et particularités de la valorisation d’objets lointains tant sur le plan historique que sur le plan géographique.


Comme pour les projets précédents3, cinq grandes thématiques ont guidé l’entretien que nous a accordé Emilie Salaberry:

1. Les origines du projet
2. Les publics visés par cette stratégie
3. Les liens entre les dispositifs et supports médiatiques
4. La mise en oeuvre et la production de la stratégie
5. Les retours sur le projet et les suites possibles

1. Pouvez-vous svp nous rappeler les origines du projet dont il est question ici?

Suite à une journée d’études sur le transmédia et les musées, j’ai envisagé de développer un tel projet au sein des collections extra-européennes du Musée d’Angoulême afin de tenter d’aller plus loin dans la compréhension et la remise en contexte des œuvres pour les publics. Le Musée d’Angoulême possède en effet une des plus intéressantes collections françaises d’art africain et océanien par le nombre et la qualité des pièces conservées. L’essentiel de cette collection provient du legs en 1934 de sa collection par le Dr Jules Lhomme (1857-1934), médecin et notable de La Rochefoucauld : il rassembla ainsi durant tout le dernier quart du XIXe siècle, d’importants objets d’art et d’ethnographie provenant de toutes les parties du monde et notamment d’Afrique. Travaillant étroitement avec le musée Théodore Monod d’art africain de Dakar, j’ai alors envisagé de construire la base du projet autour d’œuvres africaines communes à nos deux collections (5 objets sélectionnés au départ), démarche que j’ai ensuite étendue au reste du plateau des collections extra-européennes du musée.

Retour au sommaire

Détail d’une salle des collections ethnographiques extra-européennes du musée d’Angoulême, le 20 juin 2013. Vitrine des objets de pouvoir : une signalétique au pied du trône invite à démarrer le jeu « Navaga » des étudiants de l’ENJMIN, derrière la vitrine : l’une des photographies de la série – l’Envers des masques – de Tina Rondini (EESI). Crédits : Le Musée d’Angoulême, Alienor.org, Conseil des musées – Vincent Lagardère.

2. Aviez-vous défini des publics cibles pour ce projet transmédia en particulier et si oui, quels étaient-ils?

À travers ce projet l’idée était surtout de s’adresser par la simplicité des contenus à tous types de publics, ceux qui visitent notre musée, autrement dit un public local et/ou familial essentiellement mais aussi un public de passage, puisque ces nouvelles présentations ont aujourd’hui été intégrées de façon pérenne au parcours permanent… Par la nature des nouveaux contenus et l’apport d’outils numériques au sein du parcours, il s’agissait aussi de tenter de fédérer des publics plus jeunes, de préadolescents et d’adolescents.

Retour au sommaire

3. Sur quels types de support médiatiques et de dispositifs s’est déployé votre projet et comment avez-vous articulé les liens entre les différents supports?

L’idée était de construire à partir de l’existant à savoir les œuvres et tous les objets médiateurs plus traditionnels qui accompagnent déjà leur mise en exposition, les cartels, les panneaux de salle, les fiches disponibles dans les salles, l’audioguides, les livrets d’exploration des collections pour les enfants, le site internet ou encore les bornes multi-sensorielles, et d’apporter de l’information complémentaire, de lier tous ces supports papiers et matériels sous forme numérique directement dans les salles à travers des tablettes tactiles.

Le propos était donc de générer de nouvelles formes d’appréhension de ces œuvres en apportant, certes, des contenus scientifiques supplémentaires sur les contextes d’usage et de création de ces objets par exemple, mais aussi d’autres contenus relevant plus de la création pure, tels des regards d’artistes sur ces objets en évoquant leur vie en tant qu’objet de musée, ou en développant des regards que l’occident a pu et peut encore porter sur ces collection ethnographiques. Ce sont donc les pièces artistiques qui lient le propos développé sur les différents supports médiatiques. Ces derniers sont disséminées dans le parcours scénographiques et proposent des contenus et ressources très variés : photographies anciennes, films d’archives, dessins, dessins d’animation ou arts visuels peuvent être consultés grâce à une application utilisable dans le musée. Un jeu interactif numérique, intitulé « Navaga« , a par ailleurs été développé et permet d’explorer les collections de façon ludique.

Retour au sommaire

Dessin d’animation d’Emilie Phuong prenant comme sujet un des masques de la collection ethnographiques du Musée d’Angoulême, EMCA, juin 2013. Crédits : Emilie Phuong, le Musée d’Angoulême et Alienor.org, Conseil des musées – Vincent Lagardère.

4. Comment avez-vous mis en œuvre la production de cette stratégie de médiation et à quelles ressources/compétences avez-vous dû faire appel?

Les différentes Écoles d’art d’Angoulême (le CREADOC, l’EESI, l’EMCA et l’Enjmin) et l’association Les vérités obliques ont collaboré à ce projet et ont ainsi pu créer avec leurs langages et outils respectifs (arts plastiques, dessins d’animation, documentaire et jeux vidéo) des contenus inédits qui sont autant de nouvelles portes d’entrée dans la découverte des collections exposées au sein du parcours.

L’université de Dakar a également été sollicité pour rechercher des archives, et plusieurs cinémathèques nous ont permis d’identifier des films d’archives. Cela nous a aussi permis de ré-explorer les contenus conservés dans nos réserves et encore non présentés aux publics. Enfin, nous avons également fait des recherches auprès d’autres musées à qui nous avons fait des demandes de droits pour pouvoir exploiter leurs œuvres et archives au sein des documentaires et contenus présentés.

Et bien sûr nous avons fait appel à un développeur pour construire sur mesure l’application dont nous avions besoin pour la consultation des différents contenus produits.

Retour au sommaire

5. Avez-vous, enfin, pu mesurer les retours des différents publics sur ce projet et pensez-vous poursuivre et/ou réitérer ce type de stratégie de médiation?

Il est clair que les publics les plus jeunes sont attirés d’emblée par les tablettes et explorent avidement les contenus délivrés… Mais le public adulte en fait également la consultation !

Quant aux supports choisis, des tablettes samsung assez basiques, elles ont plutôt bien tenu dans la durée même si nous avons eu régulièrement des tablettes en bug et que cela cela a nécessité un suivi technique accru de la part des équipes d’accueil et de sécurité des salles. Après 5 années de mise en usage nous envisageons de conserver certains contenus, d’en mettre d’autres à jour ou de les compléter et de passer à un mode de diffusion de l’information nomade sous la forme d’une application de visite4 très complète dans laquelle les visiteurs pourront choisir plusieurs parcours de visite selon leur âge et découvrir au fil de leur déambulation des contenus additionnels…

Retour au sommaire

Pour citer cet article : Jessica Fèvres - de Bideran, "« Angoulême-Dakar », un parcours d’exposition transmédiatique," in MediaNum, 03/05/2018, https://medianum.hypotheses.org/516.
  1. Deux classes de 5e de l’Académie de Bordeaux ont été plus précisément suivies tout au long de l’année scolaire afin d’étudier les diverses formes d’appropriation observables et de qualifier les engagements des publics enseignants et scolaires dans ce type d’activité de médiation culturelle. Nous nous sommes pour cela inséré au sein du projet P@trinum qui réunit différentes structures, institutions et dispositifs proposant des programmes d’Education Artistique et Culturelle (EAC) à travers des outils numériques. Ce travail de terrain a pu être réalisé sur le long terme grâce notamment au Master Communication et Générations de l’Université Bordeaux Montaigne dirigé par Agnès Pécolo et Myriam Bahuaud ; nous remercions ici les étudiants pour leur intérêt et leur engagement dans ce projet. []
  2. A ce sujet, on pourra par exemple consulter : Eva Sandri : Interroger la notion de dispositif au musée d’ethnographie : le cas du Museon Arlaten, In Dispositifs transmédiatiques, convergence et publics, sous la dir. de Laurent Di Filippo et Emilie Landais. []
  3. Voir les entretiens sur les Esprits du vin, Les secrets de la fôrêt océane et Montaigne Superstar. []
  4. Cette application est le fruit d’un partenariat avec un studio d’Angoulême Studio Nyx. []

Jessica Fèvres - de Bideran

Jessica de Bideran est actuellement ingénieure de recherche au sein de l'université Bordeaux Montaigne et de l'Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.