“Les voies d’Aliénor”, un nouveau site pour une nouvelle année d’expérimentation

Développé dans le cadre du programme de recherche MediaNum, Les voies d’Aliénor est aujourd’hui exploité par le CIS Design et Médialab grâce au soutien financier de la DRAC Nouvelle-Aquitaine. Le Rectorat de Bordeaux, par l’intermédiaire de la DAAC propose en effet cette action d’Éducation Artistique et Culturelle (EAC) à des classes de collèges et lycées de toute l’académie. Les voies d’Aliénor a ainsi pour objectif d’entraîner les élèves dans la découverte du territoire aquitain et de son patrimoine médiéval à partir de l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et des personnages qui l’ont entourés (réels ou fictifs)1.

Professeure-documentaliste dans un lycée polyvalent de la CUB, en congé formation pour préparer un Master 2 recherche « Médiation et Médiatisation des Savoirs » porté par l’ESPE d’Aquitaine, j’ai intégré l’équipe du projet Les voies d’Aliénor en octobre 2018.

Mon rôle consiste à concevoir et à éditorialiser des ressources de médiation, à destination des élèves et des enseignants, qui seront des aides à l’interprétation et à la création de nouveaux contenus. Ce processus cognitif et didactique est une opération qui consiste à sélectionner et transformer un objet d’apprentissage pour en faire des ressources (contenus, méthodes, outils… ) répondant à des besoins identifiés, ici l’acculturation à son territoire et à son histoire à travers une narration et des objets patrimoniaux mis en synergie dans le cadre d’une stratégie communicationnelle basée sur le Transmedia Storytelling.

Mon travail va également consister à réfléchir dans les mois à venir à différentes problématiques :

1- Comment mettre en place une stratégie de médiation et de médiatisation qui allient appropriation de contenus et enrichissement du projet en lui-même ?

2- Comment impliquer les publics scolaires (élèves et enseignants) dans l’élargissement de la stratégie ?

La refonte du site ou la médiatisation de ressources numériques

Ce projet est l’occasion de transférer les logiques du Transmédia Storytelling à l’univers de la médiation culturelle et plus exactement aux politiques d’Éducation Artistique et Culturelle, dispositif qui suscite aujourd’hui l’intérêt des pédagogues comme des acteurs culturels2. Pour cela, il a d’abord fallu repenser le site Internet développé en 2017 ; celui-ci est en effet le support premier de la stratégie que nous développons.

Mettre en place une stratégie de médiatisation des contenus a donc été possible par le truchement d’un nouveau site web compagnon dont l’architecture et l’organisation de l’information ont été repensées pour faciliter l’accès des contenus aux usagers et le rendre collaboratif. L’arborescence du site est construite autour de cinq grandes rubriques qui correspondent à des activités différentes. Ces dernières comportent également des sous-rubriques qui préfigurent le parcours de navigation de l’internaute.

La rubrique “En route” ouvre sur une carte animée plein écran, graphiquement pensée pour faire référence à un parchemin, qui met en avant quatre villes illustrées (Poitiers, Bordeaux, Blaye et Châlus). L’internaute peut ainsi choisir de découvrir la vie d’Aliénor d’Aquitaine dans une entrée géographique par ville autour de quatre temps forts de sa vie en Nouvelle Aquitaine. En cliquant sur chacune des villes, il découvre une animation qui introduit le personnage du troubadour, Bernard de Ventadour, qui s’exprime via un texte qui s’affiche au fur et à mesure à l’écran et dont le but est de proposer aux élèves une piste d’écriture permettant de combler une béance narrative de la vie d’Aliénor. Sous cette animation trois boutons renvoient vers des ressources documentaires qui faciliteront ce travail d’écriture.

La rubrique “Connaître Aliénor” rassemble des contenus informatifs. L’éditorialisation de ces ressources, en terme de mise en page et de format, a été pensée comme suit :

  • Une approche pédagogique avec des contenus informatifs, au format texte, qui permettent de découvrir la généalogie, les temps forts et deux itinéraires d’Aliénor d’Aquitaine. Ces contenus sont téléchargeables au format PDF.
  • Des ressources patrimoniales accessibles via des portails et des bases de données offrant l’accès à des documents primaires numérisés (manuscrits, enluminures, etc.).
  • Des ressources en ligne permettant l’accès à des documents secondaires de type dossiers documentaires et fiches pédagogiques issues des classes de la BNF par exemple.
  • Une sélection de sites internet fiables dont l’information est vérifiée et validée par l’équipe du projet.

Dans cette nouvelle version du site compagnon, une stratégie d’implication du public se met en place grâce aux fonctionnalités “Forums et “Carnets de voyage” qui vont permettre l’engagement des élèves et la valorisation de leurs productions.

La rubrique Forums est un espace de discussion offrant des interactions entre classes et élèves. Il pourrait amener à un degré de participation plus élevé créant ainsi un sentiment d’appartenance au projet et impulsant de nouvelles créations dans un mécanisme collaboratif.

La rubrique “Carnets de voyage” permet une visibilité et une valorisation des productions élèves. Ici chacune des classes participantes accède à son blog à la fois espace personnel et plateforme de publication des contenus créés. Les classes pouront également documenter leurs pratiques au fur et à mesure du projet.

Pour terminer, la rubrique Projet permet l’accès à trois sous-rubriques intitulées respectivement :

  • Mode d’emploi qui est un tutoriel du projet dont l’objectif est de permettre aux nouvelles classes, souhaitant participer, de comprendre la philosophie du projet en des termes non excluants et de pouvoir ainsi rejoindre l’aventure en toute autonomie.
  • Se rendre sur les voies d’Aliénor qui est une cartographie donnant accès à un recensement des sites médiévaux néo-aquitains, voire au-delà, sur des voies empruntées par Aliénor d’Aquitaine. Sont également recensés des lieux conservant des objets emblématiques à valoriser, comme par exemple les contrats de mariage ou les droits de protection accordés à certaines villes. Cette sélection de sites remarquables (Palais de Poitiers, Cathédrale Saint André de Bordeaux, l’Abbaye de la Sauve Majeure, la Citadelle de Blaye, le Château de Châlus..) sera consultable grâce à la carte interactive.
  • L’équipe du projet, sous rubrique où sont présentés les acteurs ayant participé à la conception du projet.

De la médiatisation à la médiation : quel engagement pour les publics scolaires ?

En terme de productions de contenus transmédiatiques pour le projet, quelques pistes ont été émises durant cette journée.

Il a été rappelé que le Transmedia Storytelling représente le fait de raconter une histoire cohérente éclatée sur plusieurs plateformes médiatiques. Chaque contenu à une existence propre mais c’est la somme des parties qui fait un tout cohérent. L’idée est donc de construire un puzzle narratif autour de l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine dont les différents éléments sont racontés sur plusieurs médias, le tout formant une narration augmentée cohérente. Dans ce projet, des personnages historiques peuvent se mêler à des personnages fictifs et le scénario de Transmedia Storytelling ne peut se limiter à la seule figure Aliénor d’Aquitaine. Il est nécessaire de construire et de développer un univers où de multiples personnages peuvent vivre une multitude d’histoires. Les élèves ont donc la main sur leur propre parcours dans lequel ils choisissent les points de vue qu’ils souhaitent suivre.

Qui est Aliénor d’Aquitaine ? Comment faire découvrir sa vie de femme et de reine, ses mariages, son rôle politique ? Comment imaginer sa vie quotidienne en captivité ?

Quelles étaient ses préoccupations pour ses fils ? Ses stratagèmes pour faire libérer son fils préféré Richard ? Son inquiétude à son chevet lorsque sa fin fut proche ?

Voici quelques pistes d’extensions narratives transmédia :

Aliénor grandit à la Cour d’Aquitaine où elle reçoit une éducation digne de son rang : elle apprend l’écriture, la lecture et le latin ; elle parle l’occitan et la langue d’oïl. Elle étudie l’art, la littérature, la musique et la religion. Elle est élevée dans l’esprit des troubadours et de l’amour courtois inventé par son grand-père Guillaume IX d’Aquitaine – celui qui est surnommé « Guillaume le Troubadour » depuis le XIX e siècle.

La nourrice d’Aliénor crée un blog afin de raconter son quotidien au château, la vie, les expériences et les rencontres de la petite Aliénor. Ce sera aussi l’occasion de découvrir le Poitiers historique (carte postale sonore), ce que l’on sait de la vie quotidienne dans les villes et dans un château au XIIè siècle : mode de vie, coutumes culinaires. À envisager aussi : la création d’une fiction radiophonique avec des dialogues entre Aliénor et sa nourrice échangeant sur leur vie quotidienne, l’enfance au MA etc..                        

A la mort de son père le 09 avril 1137, Aliénor change de statut et devient duchesse d’Aquitaine et comtesse du Poitou. Elle est mariée au dauphin de France qui deviendra roi sous le nom de Louis VII. Le mariage d’Aliénor et de Louis le Jeune a été célébré à Bordeaux, le 25 juillet 1137, en la cathédrale Saint-André tendue de riches tapisseries et parfumée d’encens.

À envisager : recettes médiévales du banquet de mariage ou encore création d’un compte instagram de troubadours 3.0 ou e-troubadours dans lequel les élèves se mettraient en scène comme dans l'univers des cosplays. Habillés en tenue d'époque, parlant et chantant le langage courtois de Bernard de Ventadour ou Jaufré Rudel. 

Les mariés et leurs invités se retrouvent au palais de l’Ombrière (compte instagram du palais) pour les festivités. Le vin et la musique des troubadours font bonne compagnie. Comme le veut la coutume, la fête dure plusieurs jours. (la playlist du mariage)

À peine installée à la cour de France, Aliénor y impose les mœurs et coutumes de celle de Poitiers, qu’elle juge plus évoluées et moins moroses. Pourtant elle semble s’ennuyer au Palais de la Cité (compte instagram du palais), sa nouvelle résidence parisienne. De plus, Aliénor et Louis VII s’entendent assez mal. Ils mettent un terme à leur mariage un peu après la deuxième croisade, en 1152. Aliénor cherche un nouveau mari.

 Projet engagé par une classe : l'inscription d’Aliénor d'Aquitaine sur Meetic.

La reine rencontre Henri Plantagenêt, qui joue le séducteur. Et cet homme n’est pas n’importe qui : il est duc de Normandie, son père est comte d’Anjou, et sa mère est la fille du roi d’Angleterre Henri 1er. Aliénor est sous le charme et, surtout, elle comprend l’opportunité politique qui se présente à elle. Le 18 mai 1152, moins de trois mois après son divorce, elle épouse Henri Plantagenêt, duc de Normandie et comte d’Anjou. Le mariage est célébré dans l’intimité en la Cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Le 19 décembre 1154, Henri et Aliénor sont couronnés dans l’abbaye de Westminster, à Londres : il devient Henri II, et Aliénor ajoute à ses titres celui de reine d’Angleterre.

À envisager : les photos du sacre sur instagram à suivre avec le #QueenAliénor ou inventer la première de couverture d’un magazine People dans cet esprit )

En 1169, Henri II commence à envisager sa succession et il décide que son empire sera divisé entre ses fils après sa mort. Henri le Jeune obtiendra l’Angleterre et la Normandie, Richard aura l’Aquitaine et l’Anjou, la Bretagne sera transmise à Geoffroy rien n’est prévu pour Jean qui prend donc le nom de « Jean Sans Terre ».

Pour assurer le trône à son fils ainé, Henri II fait sacrer son fils aîné, Henri le Jeune, de son vivant mais ce dernier n’est pas satisfait. Il réclame la Normandie et conteste la répartition prévue par son père. Une querelle éclate. En 1173, les trois frères se dressent ensemble contre leur père, soutenus par leur mère et le roi de France.

Henri II sait que la reine est impliquée dans ce complot familial. Il souhaite lui interdire toute action. Aliénor se cache. C’est ainsi qu’en 1173 fuyant la Tourraine, déguisée en homme, la reine est capturée par les chevaliers de son mari. Incarcérée à Chinon, elle est emmenée en Angleterre loin de ses fils.

Le roi la fait enfermer dans la forteresse de Winchester dans le Sud de l’Angleterre, sans la répudier pour ne pas perdre le bénéfice de la dot c’est à dire l’héritage poitevin et aquitain. Elle y restera 16 ans, de 1173 à 1189.

À envisager : le journal de la captivité d'Aliénor d'Aquitaine, à la première personne, ce qui permettrait de déconstruire la figure de la reine élitiste pour construire la figure de la femme et ainsi favoriser une appropriation efficace, sensible et affective de l'héroïne part les élèves. Ce journal pourrait donner à voir la condition des femmes au Moyen Âge et donc en parallèle celle d’aujourd’hui.

Aliénor a plus de 65 ans lorsqu’elle est libérée et c’est pour elle le départ vers une nouvelle vie de pouvoir, puisqu’elle peut régner de nouveau aux côtés de son fils. Elle ne tarde d’ailleurs pas à reprendre l’autorité royale en Angleterre car lorsque Richard décide de partir en croisade, en 1190, c’est à elle qu’il confie la régence du royaume.

En décembre 1191, le roi Philippe Auguste parti en croisade avec Richard, rentre en France. Il entreprend aussitôt de profiter de l’absence de Richard pour s’allier avec Jean sans Terre et convoiter l’Angleterre et la Normandie. Aliénor fait ce qu’elle peut pour résister, mais elle écrit à son fils Richard de rentrer au plus vite.

Au début de l’année 1193, sur le chemin du retour, Richard est capturé par le duc d’Autriche, qui le livre à l’empereur de Germanie ! Aliénor cherche à le faire libérer.

À envisager : Aliénor lance un appel sur Twitter #BringbackmyRichard ou #Bringbackmyson.

Une somme énorme est réclamée pour sa libération. Aliénor rassemble l’incroyable rançon nécessaire à la libération de Richard Cœur de Lion, puis part chercher son fils elle-même. Richard est libéré le 4 février 1194.

À envisager : création du carnet de voyage du périple d’Aliénor pour apporter la rançon et libérer Richard. Cf les pistes de Pascale Argod dans ce billet.

Richard ne veut pas laisser le roi de France impuni et il reprend la guerre contre Philippe Auguste. Au début du mois d’avril 1199, alors qu’il assiège la forteresse de Châlus, Richard est blessé à l’épaule par un carreau d’arbalète, une blessure qui ne guérit pas et lui coûte la vie. Sentant sa mort proche, il appelle sa mère auprès de lui. Aliénor se rend immédiatement à son chevet. Il meurt le 6 avril 1199.   

À envisager : récit radiophonique de la veillée funèbre d’Aliénor pour son très cher fils, Richard, qui sera ensuite publié sur un réseau social pour trouver du réconfort auprès d’autres internautes. 

Au printemps 1200, Aliénor se retire à Fontevraud. Son règne est terminé. C’est désormais Jean Sans Terre qui gouverne le royaume. Aliénor d’Aquitaine s’éteint le 31 mars 1204 à l’âge de 82 ans.    

Quelles perspectives de travail et de recherche ?

Cette journée de lancement se voulait, à la fois, être une journée de présentation mais aussi un laboratoire d’idées afin d’évaluer les besoins et les attentes des enseignantes, futures participantes au projet avec leur classe. Dans cet état d’esprit, nous avons échangé et réfléchi sur la création d’outils de médiation et de médiatisation pour le projet. Dans quel but ? Avec quels outils digitaux ? Pour quel public ? Pour quelles pratiques ?

Penser une stratégie de médiation et de médiatisation des contenus c’est aussi se poser la question de la complémentarité des supports, de la pertinence des usages, de la structuration des contenus pour de nouveaux outils et des publics différents (collégiens, lycéens, élèves à besoin particuliers …) le tout dans une stratégie d’engagement des participants qui ont de nouvelles pratiques liées à l’interactivité caractéristique du digital.

Dans ce laboratoire d’idées a été discuté la stratégie communicationnelle à mettre en place pour le projet : les réseaux sociaux (lesquels ? à chacun leur spécificité, leur public etc..). Pour quelle modalités d’interactions avec les publics ?

Finalement, après échanges, le choix s’est porté sur la création d’un groupe fermé Facebook “Les voies d’Aliénor (l’équipe/l’esquipa)” pour favoriser les échanges entre l’équipe du projet et les enseignants participants. En revanche, pour les élèves c’est le réseau social Instagram, qui fait la part belle à l’image, qui a été retenu pour diffuser du contenu sous la forme de feuilletons visuels à suivre chaque semaine. Du contenu synthétique, adapté pour le format instagram, sera valorisé et mis en avant. Des podcasts radiophoniques seront aussi créés à destination d’un public à besoin particulier pour lequel le format texte disponible sur le site compagnon est trop dense. Une complémentarité des supports pour des usages et des publics différents se dessine.


Pour citer cet article : Julie Blancard, "“Les voies d’Aliénor”, un nouveau site pour une nouvelle année d’expérimentation," in MediaNum, 06/12/2018, https://medianum.hypotheses.org/665.

  1. Lancé le 30 novembre dernier, dans les locaux de la DAFPEN du Rectorat de Bordeaux, le projet transmédia Les voies d’Aliénor va donc être expérimenté par quatre classes de collège jusqu’à la fin de l’année 2019. Concrètement, les élèves pourront voyager au travers d’un site compagnon, pour découvrir l’histoire de cette reine de France puis d’Angleterre, témoin de son temps et de l’activité riche et multiple du Moyen Âge du XIIè siècle. Un kit de bienvenue, constitué des cartes personnages au Format A5 et d’une carte de l’Aquitaine du XIIè siècle façon parchemin au format A1, est remis à chaque classe participante. []
  2. Pour approfondir ces questions autour de l’EAC et de la médiation culturelle, voir notamment : Bordeaux, M.-C., 2013, “Du service éducatif au service culturel dans les musées”, Bulletin des bibliothèques de France, 3, [en ligne] et Bordeaux, M.-C. et Caillet, É., 2014, La médiation culturelle: pratiques et enjeux théoriques, Culture et musées (hors-série), 139-164. []

Julie Blancard

Professeure certifiée de documentation, Lycée Polyvalent Les Iris - Lormont. Stagiaire au CIS Design & Médialab dans le cadre de son Master 2 Recherche « Médiation et Médiatisation des Savoirs » préparé à l'ESPE d'Aquitaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.